Ramadan : Le budget alloué aux dépenses alimentaires augmente de 37,1%

Ramadan : Le budget alloué aux dépenses alimentaires augmente de 37,1%

Le Haut-Commissariat au Plan (HCP) vient de publier sa note d’information sur les effets du mois de Ramadan sur les importations des produits alimentaires. Une hausse de la consommation des produits alimentaires a été constatée.

Ainsi, le budget alloué aux dépenses alimentaires augmente de 37,1% pendant le Ramadan en comparaison avec les autres mois de l’année. Afin de mieux cerner les produits alimentaires importés qui sont directement impactés par l’avènement du mois de Ramadan et de ses préparatifs préalables (un ou deux mois à l’avance), le HCP a mené une étude qui  a porté sur 18 groupes et 40 sous-groupes de produits alimentaires, sur la période s’étalant de 2000 à 2016. Il en ressort que l’effet global du mois de Ramadan et des deux mois qui le précèdent sur les importations alimentaires est estimé à +4,5%. Deux mois avant le Ramadan, un impact positif  est signalé sur les importations de miel, dont les quantités font plus que doubler. Cet effet est estimé à +25,4% pour les œufs et les dérivés laitiers, dont le beurre, à +23,8% pour les laits et à +17,2% pour les fruits frais et secs, en particulier les dattes, les bananes et les avocats, puis en dernier lieu à +15,5% pour les conserves de légumes et de fruits. Pendant les 30 jours qui précèdent la venue du mois sacré, d’autres produits alimentaires sont significativement concernés par la hausse et portent sur les eaux et les boissons gazeuses (+59%), les jus de fruits (+42,3%) et les huiles et graisses (+26,5%).

En revanche, les boissons alcoolisées et les volailles sont touchées par un effet baissier, évalué respectivement à -54% -17,3%. Durant le  mois de Ramadan, certains produits continuent à être importés de manière significative. Il s’agit du lait (+41,8%), des jus de fruits (+32,3%), des fruits (+29%), des dérivés laitiers (+15,8%) et des crustacés (+11,3%) au cours de la première quinzaine et des eaux, des boissons gazeuses (+25,2%) et des laitues (+31%) lors de la deuxième quinzaine. Les produits importés qui subissent ou continuent à subir un impact à la baisse sont les boissons alcoolisées  (-46,7%) et les farines et semoules (-29,4%) lors de la première moitié du mois sacré, et les vinaigres, les volailles, les poissons et crustacés lors de la seconde moitié.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *