Réactions

Mohammed Alaoui M’hammedi (UC) : «La session du printemps sera une session d’action et de tensions politiques»
 «C’est une session parlementaire qui est très importante compte tenu du nombre de projets et de propositions de loi qui seront présentés. Pour ce qui est du choix du nouveau président, je  pense qu’il y a une tendance majoritaire à soutenir la candidature de Abdelouahed Radi, dans la mesure où il est expérimenté et qu’il est un homme de nature conciliante. La rentrée parlementaire va se distinguer par l’annonce de la constitution d’un groupe parlementaire commun entre le RNI et l’UC. Je crois que la session du printemps sera une session d’action et de tensions politiques. Le PAM a demandé que le Premier ministre présente devant le Parlement lors de la session du printemps un rapport sur l’action du gouvernement depuis 2007, pour que les citoyens sachent ce qui a été réalisé par le gouvernement qui fait partie des engagements contenus dans la déclaration du gouvernement. C’est un acte à la fois démocratique et citoyen qu’à notre avis, consolide le processus démocratique que connaît le pays depuis l’avènement de SM le Roi Mohammed VI».

Mohamed Ansari (PI) : «148 propositions de loi seront présentées durant la session du printemps»
 «La rentrée parlementaire sera caractérisée par l’élection d’un nouveau président de la Chambre des représentants conformément aux dispositions de la Constitution et aussi au règlement intérieur de la Chambre, qui disposent que l’élection du président de la Chambre doit avoir lieu au mi-mandat de la législature. Un nombre important de projets de loi sera examiné durant la session du printemps, 52 projets de loi au total. Dans différents domaines, notamment la justice et l’économie. En plus des projets de loi, les députés présenteront 148 propositions de loi, que j’espère auront l’intérêt qu’elles méritent de la part du gouvernement». 

Rachida Benmassoud (USFP) : «J’espère que la présidence assurera la mise en œuvre de la diplomatie parlementaire»
«Tout d’abord, le fait marquant de la rentrée parlementaire est l’élection d’un nouveau président de la Chambre des représentants ce vendredi. J’espère que cette élection ouvrira la voie à la promotion de l’action de la Chambre des représentants, qu’elle sera une étape vers le renforcement du rôle de la chambre des représentants. J’espère également que la nouvelle présidence assurera la  mise en œuvre de la diplomatie parlementaire, surtout en ce qui concerne la question du Sahara marocain et le projet d’autonomie».

Mustapha Ramid (PJD) : «La rentrée parlementaire n’apportera aucune nouveauté»
«Pour nous, la rentrée parlementaire n’apportera aucune nouveauté, vu la manière avec laquelle travaillent le gouvernement et la majorité. Nous avons un programme et des initiatives que nous n’arrivons pas à concrétiser à cause de la majorité. Cela empêche le Parlement de jouer pleinement son rôle. Nous aurions bien aimé que la majorité nous aide à créer des commissions d’investigation. Nous avons déjà émis une demande dans ce sens. À titre d’exemple, il y a aujourd’hui un grand problème, celui des bâtisses menaçant ruine dans les villes impériales et qui constitue un danger pour les citoyens. Nous avons proposé des investigations à ce sujet. Par ailleurs, la nouvelle présidence de la Chambre des représentants n’est pas tellement importante pour nous, parce que la présidence a un rôle de coordination et de gestion de la chambre des représentants».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *