Réactions

Mohand Laenser : «Retour aux visions hégémoniques
Le MP a dénoncé, dimanche 13 juin, dans un communiqué, «les tentations d’exclusion de l’autre et de retour aux visions hégémoniques révolues», suite aux «propos inappropriés», tenus lors de l’ouverture de son onzième congrès. Mohand Laenser, SG du MP, a exprimé ses regrets sincères des «propos inappropriés» et du «discours anti-démocratique qui ne saurait entacher le pluralisme politique auquel le MP est fermement attaché».  Le MP a précisé que la présence, nombreuse des formations politiques marocaines, de tout bord, au congrès du MP, «est pour nous une reconnaissance de l’attachement de notre parti au multipartisme».

Mohamed Cheikh Biadillah : «Ces propos révèlent le projet exclusiviste du PJD»
Le PAM avait dénoncé, dans un communiqué dimanche 13 juin, les déclarations de Abdelilah Benkirane, «qui a limité la légitimité à certains partis politiques, en contradiction avec le principe du pluralisme consacré par la Constitution et le droit des partis à l’existence, qui est garanti par la loi». Selon le PAM, ces propos révèlent «le véritable projet politique exclusiviste» du PJD, «son instrumentalisation de la démocratie et son soutien, maintes fois réitéré, de choix dérogeant au consensus de la classe politique, à commencer par sa propension à monopoliser la religion et son exploitation pour ses propres desseins».

Salaheddine Mezouar : «Ces propos illustrent les rêves éradicateurs du PJD»
Le Rassemblement national des indépendants (RNI) a condamné la «tendance hégémonique» et les «rêves éradicateurs» du PJD. Ces propos «illustrent la tendance hégémonique et les rêves éradicateurs de ce parti à l’égard de tous ceux qui s’opposent à ses orientations et ses positions», indique un communiqué du parti présidé par Salaheddine Mezouar lundi 14 juin. «Ces propos irresponsables traduisent le mépris du PJD à l’égard des partis politiques nationaux et des millions de Marocains qui adhèrent à leurs projets», ajoute la même source, précisant que «le RNI s’est engagé dans la lutte démocratique et institutionnelle…».

Mohamed Abied : «C’est une violation flagrante de la Constitution»
Le discours prononcé par le secrétaire général du PJD, lors du congrès du MP, constitue une «violation flagrante de la Constitution», a estimé l’UC. Dans un communiqué de son bureau politique, rendu public lundi 14 juin, le parti dirigé par Mohamed Abied a  dénoncé ce discours «exclusiviste» et «éradicateur» et qui représente «un reniement des acquis et développements enregistrés par le pays en matière de démocratie». L’UC se démarque du contenu de ce discours «qui se situe hors du contexte politique national actuel», ajoute la même source précisant que «le pluralisme est un choix historique de l’institution monarchique».

Nabil Benabdellah : «Abdelilah Benkirane croit peu au pluralisme»
Le Parti du progrès et du socialisme (PPS) a fermement réagi, mardi 15 juin, contre le SG du PJD. Nabil Benabdellah, secrétaire général du PPS, a ouvertement critiqué les propos tenus par Abdelilah Benkirane les jugeant «très dangereux». Ce discours limitant à quatre le nombre de partis politiques nationaux «est devenu encore plus dangereux après la confirmation de ces propos par Abdelilah Benkirane lui-même dans un communiqué officiel», a affirmé M. Benabdellah dans une déclaration à la presse. Cette déclaration «prouve que Abdelilah Benkirane croit peu au pluralisme et aux principes de l’action démocratique», a-t-il souligné.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *