Recrudescence de la criminalité à Tanger: La police rassure

Recrudescence de la criminalité à Tanger: La police rassure

A cet effet et en réaction à cette recrudescence de la criminalité pendant la période estivale, les militants associatifs et des droits de l’Homme locaux ont organisé, en fin de semaine dernière, un sit-in de protestation contre l’insécurité dans la ville du détroit.

Pour rassurer les citoyens, la réponse des responsables sécuritaires ne s’est pas fait attendre, en affirmant y avoir renforcé, comme chaque année, les mesures préventives contre les actes criminels dans l’ensemble du territoire de la ville. Et grâce aux renforts dont vient de bénéficier Tanger, celle-ci connaît, comme chaque saison estivale, une présence sans précédent de policiers dans les différents quartiers, dont ceux jugés très sensibles tels que Casabarata, l’ancienne médina ainsi que Bir Chaïri ou Ard Dawla à Béni Makada, enregistrant, à titre d’exemple, et pendant la dernière semaine du mois de juillet, plus de 500 affaires liées à la détention et l’utilisation d’armes blanches, dont près de 90 cas d’agression sur la voie publique. «Certains lieux publics tels que la corniche, qui enregistre la plus hausse fréquentation en été, connaît une présence discontinue de policiers encadrés par de hauts gradés sur place», selon les responsables de la préfecture de police de Tanger, faisant remarquer que pas moins de 500 éléments de police ont été chargés, dans la nuit de dimanche à lundi derniers, d’assurer la sécurité sur la corniche.

Les responsables sécuritaires font part qu’ils ont réussi, grâce à ce travail de terrain, à prendre la situation en main, tout en dénonçant les quelques vidéos (dont le contenu est falsifié et non conforme à la réalité), qui continuent de proliférer sur le Net. Ce genre de vidéos, qui porte atteinte à l’image de la ville et provoque la peur parmi la population, est souvent, poursuit cette même source, réalisé lors des rixes ordinaires opposant des membres d’une même famille, des voisins ou des automobilistes pour un simple refus de priorité. «Malheureusement, ces rixes ordinaires dégénèrent parfois en agression armée», ajoute-t-on du côté de la préfecture de Tanger.

Soulignons que les statistiques officielles communiquées indiquent que durant la période allant du 1er janvier 2015 au 30 juillet de la même année, les services de police de la ville ont procédé à l’arrestation de quelque 38.497 personnes, dont 2.899 pour détention d’arme blanche et 2.793 autres pour vols avec violence sur la voie publique.

Alors que 6.890 personnes recherchées ont été arrêtées. La même source fait part que les services de police ont réussi, au cours de ces sept mois de l’année, à mettre hors état de nuire quelque 10.590 personnes pour trafic de stupéfiants.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *