Réforme hospitalière : le geste européen

Réforme hospitalière : le geste européen

L’Union européenne apporte un appui financier au processus de la réforme hospitalière, principale composante de la réforme du secteur de la santé au Maroc. Ce soutien matériel, sous forme d’un don de 20 millions d’euros, a pour objectif d’aider le Royaume dans la mise en œuvre de son processus de modernisation des infrastructures sanitaires et de gestion des hôpitaux publics. Initiée prise en janvier 2001 dans un souci d’amélioration de la qualité des soins prodigués aux patients et de maîtrise des coûts hospitaliers ; la réforme hospitalière est financée, pour rappel, par un prêt de la Banque Mondiale qui a avancé 572 millions de dirhams, soit 85,5 % du total du budget nécessaire. Elle consiste en une panoplie de mesures à caractères financier, managérial et organisationnel. En effet, la réforme hospitalière s’articule autour de plusieurs axes. Le premier concerne l’amélioration de la gestion des hôpitaux avec développement des compétences managériales. De nouveaux mécanismes et outils de gestion, d’évaluation et d’audit seront introduits pour la modernisation et la réorganisation administrative des hôpitaux publics. Ces établissements seront dotés d’un nouveau statut et d’un règlement interne leur attribuant plus d’autonomie de gestion. Chaque hôpital sera tenu d’élaborer son "projet d’établissement" qui définira les contours d’un plan stratégique de développement sur une période de cinq ans. Par ailleurs, la Direction des hôpitaux et soins ambulatoires aura la charge d’assurer la régulation, le conseil et l’encadrement. Le second axe de cette réforme a trait à l’amélioration du financement du secteur de la santé à travers la couverture médicale de base, en l’occurrence, l’Assurance- maladie obligatoire (AMO) et le régime d’assistance médicale (RAMED). Autre élément principal de la réforme, le renforcement de la capacité du ministère de la Santé dans la formulation des politiques et la prise de décision via la création de directions régionales des services de santé. Rappelons qu’une première expérience-pilote a été initiée dans cinq hôpitaux régionaux : hôpital Mohammed V de Meknès, hôpital Hassan II d’Agadir, Hôpital Mohammed V de Safi, hôpital
de Béni Mellal, hôpital Hassan II de Settat. L’approche sera ensuite étendue sur l’ensemble des hôpitaux du Royaume.
La vision générale étant que des soins de qualité soient accessibles à tous les citoyens et d’améliorer ainsi l’image de marque du secteur hospitalier public.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *