Réhabilitation de l’ancienne médina de Fès

Le directeur général de l’Agence de réhabilitation de la ville Fès (ADER), M.Fouad Serghini a présenté mardi dernier, en présence d’une pléiade d’architectes, d’urbanistes, d’universitaires et de représentants de la société civile et des amicales des quartiers, le programme de soutien à la réhabilitation de l’ancienne médina de Fès.
A cette occasion, M. Serghini a souligné que le programme de soutien à la réhabilitation de la médina vise à impliquer la population locale dans l’opération de sauvegarde et de réhabilitation et à améliorer son niveau socio-économique tout en restant dans cet espace historique. Et de préciser que ce programme d’une enveloppe budgétaire de 5,81 millions de dirhams sera réalisé à travers l’octroi d’aides aux propriétaires des immeubles qui menacent ruine afin qu’ils puissent restaurer leurs habitats et ateliers et mener, par conséquent, une vie décente et hors de danger. Et d’indiquer que la part des aides avancées par l’ADER dans le processus de restauration de l’ancienne médina s’élève à 30 % et que les propriétaires concernés payeront le reliquat, soit 70%, ajoutant que ces aides seront octroyées proportionnellement à l’état d’avancement des travaux de réhabilitation.
M. Serghini a également soulevé l’insuffisance des moyens qui sont affectés à l’ADER, en précisant que la réussite du programme demande la mobilisation d’autres et la sensibilisation des habitants de la cité à participer à cette opération de réhabilitation. Le programme, a-t-il dit, est financé conjointement par le gouvernement et la commune urbaine de Fès-Médina au moyen d’un prêt contracté auprès de la Banque mondiale (BM). De même, les autres participants ont mis en exergue les dangers et les risques des immeubles qui menacent ruine pour les habitants, estimant à 4000 le nombre des ménages vivant dans ce genre d’habitat.
Ils ont également précisé que la réalisation du programme de soutien à la réhabilitation de l’ancienne médina se heurte à de réelles difficultés, notamment de location et de communication avec les habitants, en signalant que la réhabilitation de la ville nécessite l’élaboration de lois compatibles avec d’immeubles qui menacent ruine, appelant, par la suite, les parties concernées à redoubler les efforts pour contribuer à la réussite de ce programme.
Il est à souligner que la gestion financière et technique du programme est assurée par l’Agence de réhabilitation de la ville Fès sous l’égide d’une commission spéciale composée des représentants des préfectures de Fès–Jdid Dar Dbibegh, de Fès-médina, des communes de Fès-médina, de grand Méchouar et de l’inspection des monuments historiques de Fès.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *