Religion : Un maître soufi, Al Ghazali

Au-delà des propos d’extase qui ne peuvent être entendus que par une infime minorité d’initiés, il y eut un phénomène qui sauva le soufisme des griffes de ses détracteurs le jour où Ghazali se convertit au soufisme.
Ce personnage exceptionnel ayant éprouvé les limites du rationalisme, fit l’expérience intense et providentielle de la nécessité du soufisme. Devenu l’un des premiers théologiens et juristes de Bagdad, il parvint à un état de crise durant lequel, comme il nous le rapporte, il fut pendant deux mois, en proie à des doutes sur la vérité de la religion. Le salut lui vint d’un contact avec le soufisme. Il raconte sa conversion (tawba) dans son autobiographie : al Munqidh min al Dhalal (Celui qui sauve de l’erreur) dont voici un extrait significatif: « L’examen de ces doctrines terminé, je m’appliquai à l’étude de la Voie Soufie. Je vis que, pour la connaître parfaitement, il fallait joindre la pratique à la théorie.
Le but que les soufis se proposent est celui-ci: arracher l’âme au joug tyrannique des passions, la délivrer de ses penchants coupables et de ses mauvais instincts, afin que dans le coeur purifié il n’y ait place que pour Dieu; le moyen de cette purification est le dhikr Allah, la commémoration de Dieu et la concentration de toute sa pensée en lui. Comme il m’était plus facile de connaître leur doctrine que de la pratiquer, j’étudierai d’abord ceux de leurs livres qui la renferment… les ouvrages… les fragments qui nous sont restés des cheikhs. J’acquis une connaissance approfondie de leurs recherches, et je sus de leur méthode tout ce qu’on peut savoir par l’étude et l’enseignement oral; il me fut démontré que son dernier terme ne pouvait être révélé par l’enseignement, mais seulement par le transport, l’extase et la transformation de l’être moral… J’en savais tout ce que l’étude peut en apprendre, et ce qui manquait était du domaine, non de l’enseignement, mais de l’extase et de l’initiation… Faisant un sérieux retour sur moi-même, je me vis enserré de toutes parts dans ces attaches. Examinant mes actions dont les plus honorables étaient l’enseignement et le professorat, je me surpris plongé dans plusieurs études de peu de valeur et sans profit pour mon salut.
Je sondai le fond de mon enseignement et je vis qu’au lieu d’être sincèrement consacré à Dieu, il n’était stimulé que par le vain désir de l’honneur et de la réputation. Je m’aperçus que j’étais sur le bord de l’abîme et que, sans une conversion immédiate, je serai condamné au feu éternel… Enfin sentant la faiblesse et l’accablement de mon âme, je me réfugiai en Dieu comme un homme à bout de courage et sans ressources. « Celui qui exauce le malheureux qui l’invoque » daigna m’exaucer; il facilita à mon coeur le sacrifice des honneurs, des richesses, de la famille ».
Si Ghazali, le juriste shaféite, avait donné sa caution en se jetant corps et âme comme en témoignent ses « confessions », dans le soufisme, son jeune contemporain Abd al Qadir al Jilani avait rendu cette reconnaissance pleinement effective. Abd al Qadir réussira à faire admettre définitivement le soufisme dans la cité. La tariqa qadiriya en tant que branche de la jonaydia se développera dans la majeure partie des pays musulmans.

• Sami A. Aldeeb Abu-Sahlieh
Article paru sur le site http://www.lpj.org/Catégories de muftis

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *