Renault, deux fois pionnier du monospace

Renault, deux fois pionnier du monospace

Bien avant l’apparition des Volkswagen Sharan, Ford Galaxy et autres Zafira, Renault avait été le premier à proposer un véhicule familiale à architecture «monocorps». C’était en 1984, année où a été lancée la première génération de l’Espace. Un modèle qui a inauguré un segment qui n’existait pas encore, du moins en Europe. En effet, il faudrait tout de même préciser qu’un an auparavant, Chrysler avait –mais uniquement en Amérique du Nord– débuté la commercialisation de son tout premier Voyager. En outre, ce dernier était moins novateur et modulable que son cousin du losange et ce, malgré son architecture propre à cette catégorie en devenir. De même, il serait honnête de rendre hommage à l’Histoire et préciser que l’Espace est né de l’imaginaire des têtes pensantes de chez Matra et plus précisément, l’un de ses génies : Philipe Guédon. Ce dernier, de retour d’un voyage effectué en 1978 aux Etats-Unis, avait commencé à réfléchir sur les changements dans les mœurs commerciales des nouvelles sociétés de consommation. Il constate alors qu’il n’existe cruellement pas encore de véhicules répondant aux besoins d’une famille nombreuse. Une famille qui part en week-end avec, bébé ou enfants, bagages ou provisions, chien ou vélo dans le coffre. Les Américains, eux, utilisaient de gros vans aux lignes carrées et aux dimensions presque camionnesques. Et c’est de là que viendra l’inspiration à cet ingénieur des Arts et Métiers, qui va alors mettre à l’étude un projet de van adapté à l’échelle européenne. Le prototype préfigurant le premier Espace est ensuite produit par Matra en partenariat avec Simca (filiale européenne de Chrysler). Après quoi, le véhicule est présenté à PSA Peugeot Citroën et ce, dans le but d’une production en série. Ni la marque au lion ni celle des deux chevrons n’y sont intéressées. Avant de démarcher BMW, Philipe Guédon présente l’Espace aux gens de Renault qui disent oui !
En 1984, Renault présente son Espace, produit et développé avec Matra Automobiles. C’est le premier véhicule «monocorps» construit en Europe ! Il est modulaire et spacieux, bien qu’il ne mesure que 4,25 mètres de long, soit une valeur inférieure à la R18. Et même si son habitacle ne comporte encore que cinq sièges, il répond pleinement à deux principaux critères : le côté pratique et l’aspect loisirs. Les pères de familles sont séduits et le succès de l’Espace est immédiat et non éphémère. Si bien que 20 ans après son lancement, ce modèle a non seulement été produit à un million d’exemplaires, mais il s’est adjugé le statut de leader sur le segment des monospaces haut de gamme. Entre temps, et plus précisément en 1996, Renault avait de nouveau anticipé la demande en proposant le Scénic : le premier monospace compact. A ses débuts il est appelé «Mégane Scénic». Normal, puisqu’il en était une déclinaison aussi bien sur le plan esthétique (reprise de la même face avant), que technique (plate-forme reprise et aménagée). Mais en matière d’aménagement intérieur, il fut là encore question d’innovation. Poste de conduite surélevé et visibilité optimale. Trois sièges indépendants à l’arrière qui, coulissent, pivotent, se rabattent et s’enlèvent à volonté. Des espaces de rangements à la pelle, disséminés un peu partout dans l’habitacle et aussi pratiques qu’astucieux, à l’image des bacs situés au plancher arrière et au niveau du passager avant. Bref, le Scénic est une «voiture à vivre». La clientèle est charmée, les ventes suivent et la presse spécialisée est unanime en élisant le Scénic «Voiture de l’Année» 1997 en Europe (devant la Ford Ka et la Volkswagen Passat). Son succès dépasse même les prévisions du constructeur, qui augmente sa cadence de production pour faire face à la demande. Le lancement de la deuxième génération en 2003, replace le Scénic au premier rang des ventes françaises en 2004, année qui fut marquée par l’arrivée d’une version sept places et à porte-à-faux arrière allongé. Depuis 1996, date du lancement de sa première génération, le Scénic a été produit à près de 2,9 millions d’exemplaires. Une belle saga qui continue avec le Scénic Conquest, dernier-né de cette gamme de monospaces, qui s’intercale entre le Grand Modus en bas et l’Espace en haut. Aujourd’hui encore, beaucoup de clients du losange reconnaissent en lui une certaine philosophie : celle du «rouler différent», dans un cocon spacieux et confortable.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *