Rencontre contre l’exploitation des enfants

Selon les organisateurs, une trentaine de pays de l’espace francophone seront représentés à cette rencontre, organisée par le ministère malien de la Promotion de la femme, de l’Enfant et de la Famille et par le ministère français délégué à la famille, à l’Enfance et aux Personnes âgées.
Les représentants des pays africains de l’ouest et du centre ayant en partage le français sont notamment attendus, ainsi que ceux du Maroc, de Tunisie, de Madagascar, de l’Ile Maurice, de France, du Canada, de Belgique, de Djibouti, des Comores et de Guinée équatoriale. Décidée en décembre 2001 lors du deuxième Congrès mondial contre l’exploitation sexuelle et commerciale des enfants, tenu au Japon, la réunion de Bamako devra notamment déboucher, selon les organisateurs, sur une «déclaration de Bamako» relative à la protection de l’enfant.
Une motion du «Parlement des enfants» du Mali sera d’abord présentée aux participants, qui entendront ensuite les conclusions d’une étude comparative des législations nationales en matière de protection de l’enfance. La présentation d’un projet de loi d’orientation et de protection de l’enfant contre toutes les formes d’exploitation, commun à l’espace francophone, ainsi qu’un exposé sur l’identification des sites de pédopornographie sur Internet, sont également prévus.
Les initiateurs de la rencontre entendent «préserver» les enfants contre «la maltraitance et la violence», «contre toute forme d’exploitation sexuelle», «contre les trafics nationaux et internationaux», «contre la cybercriminalité», «contre l’exploitation économique»… car, ont-ils constaté, «rares sont les pays qui disposent d’un arsenal juridique complet» en la matière.
Il est à souligner que le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef), l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud) notamment, fournissent un appui technique et financier à la rencontre de Bamako.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *