Renouvellement du contrat entre la ville de Casablanca et la Lydec : Pas de changement de tarifs avant 2027

La société délégataire Lydec et l’autorité délégante des services d’eau, d’assainissement et d’électricité de Casablanca ont décidé de maintenir les tarifs de l’eau et de l’électricité à leurs niveaux actuels et ce  jusqu’en 2027. Ces tarifs ne seront révisés qu’en cas d’inflation et de révisions éventuelles des prix des fournisseurs (ONEP et ONE) et ce selon les procédures juridiques qui feront l’objet d’un accord aux termes du contrat. C’est ce qui ressort du protocole d’accord qui a été signé vendredi à Rabat, entre les représentants de l’autorité délégante et la Lydec. Plusieurs accords seront soumis aux délibérations des organes concernés. C’est ainsi que les deux parties se sont engagées à garantir la réalisation de nouveaux projets d’investissement. Ces projets ont trait à des investissements complémentaires en éclairage public et en réalisation de stations d’épuration des eaux usées ainsi que le déplacement des ouvrages.  Pour la décade 2008-2015, la décision a été prise d’augmenter le taux de réalisation des investissements de 150% et de réduire l’assistance technique de 85%. Cette assistance devra être soumise à l’accord préalable de l’autorité délégante. Selon le communiqué du ministère de l’Intérieur, ces diverses actions engendrent une baisse du taux de rentabilité interne réel du projet sur les 20 dernières années,de 14,6%  prévu dans le contrat à 9,49%, soit un montant de onze milliards cinq cent millions de dirhams
S’agissant de la période écoulée 1997-2006, un accord est convenu pour un montant global d’un milliard cinquante millions de dirhams correspondant aux frais d’assistance technique récupérés, aux écarts des investissements non réalisés  et tarifs non accordés ainsi qu’aux intérêts y afférents.  La signature du protocole qui s’est déroulée en présence du ministre de l’Intérieur, Chakib Benmoussa et du secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur, Saad Hassar constitue une avancée importante depuis le début des négociations en 2006 sur la révision du contrat de gestion déléguée. Ce protocole met l’accent sur la nécessité de renforcer les capacités de l’Autorité délégante dans le but de garantir un suivi efficace des services rendus aux citoyens, de respecter les engagements contractuels et insiste sur l’adhésion totale de la société délégataire. Pour cela, le ministère de l’Intérieur qui a été sollicité en novembre 2007 pour rapprocher les deux parties, vise à instaurer des mécanismes de contrôle et de suivi.
Les deux parties se sont engagées à appliquer ces accords et à actualiser leurs dispositions juridiques qui feront l’objet d’avenant. Ce dernier sera soumis aux délibérations des conseils des deux parties et au ministère de l’Intérieur pour approbation. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *