Résorption chômage: Nouveau soutien américain pour former nos jeunes !

Résorption chômage: Nouveau soutien américain pour former  nos jeunes !

Une convention vient d’être signée il y a quelques jours pour lancer le programme «Digital Jobs for Morroccan Youth -». Depuis sa création, EFE s’est positionnée dans la  formation et l’accompagnement des diplômés en quête  d’emploi.

Aujourd’hui, cette nouvelle alliance vise à renforcer en 18 mois les compétences de 770 jeunes du Royaume dans le domaine des IT.

A terme, les efforts de l’association devraient permettre de passer à des effets multiplicateurs de 5 à l’horizon 2020, de telle sorte à contribuer au placement de ces jeunes conformément à la demande du marché de l’emploi.  

L’identification des jeunes a été rendue, par ailleurs, possible par le biais d’une collaboration avec l’OFPPT, l’Université Hassan II de Casablanca, l’APEBI et l’ASTEC.

La convention entre les deux entités table sur des objectifs clairs et chiffrés :
130 jeunes devront être formés dans le domaine des IT renforcé par un programme comportemental focalisé sur le savoir être. 640 jeunes bénéficieront de modules de formation sur les techniques de recherche d’emploi et de conduite d’entretien d’embauche (finding a job is a job).

Et pour garantir l’approche genre, le programme retient une proportion équitable entre les hommes et les femmes.    
A terme, il s’agira de faire bénéficier de plus en plus d’effectifs en termes de formation et d’accompagnement. Myriam Kadmiri, directrice de l’EFE, y tient. «La convention que nous avons signée avec la fondation Rockefeller permettra conformément au souhait respectif des deux organismes de fournir aux jeunes diplômés une formation de qualité pouvant les mener directement et plus facilement à l’emploi ».

De son côté, le représentant de la Fondation Rockefeller estime que «pour résoudre la problématique du chômage qui touche un jeune sur quatre au Maroc, il faut aller vers des secteurs et créneaux à fort potentiel de croissance et d’emplois tels que les technologies de l’information, l’outsourcing et le développement de logiciels mais il faut aussi et surtout donner aux jeunes les moyens de pouvoir exploiter pleinement ces opportunités». Stratégique, cette alliance se justifie à plus d’un titre dans  le contexte actuel où le taux de chômage a atteint plus de 10% le premier trimestre 2014. Selon les dernières statistiques officielles, chaque année l’économie marocaine crée 120.000 emplois alors que près de 200.000, voire 300.000 jeunes diplômés arrivent sur le marché du travail. Le compte est vite fait. Et l’orientation vers des secteurs pourvoyeurs d’emplois devient stratégique pour que les jeunes prennent la bonne direction !

Les chiffres l’attestent. Selon l’étude sur les emplois numériques en Afrique réalisée par le cabinet Dalberg, les domaines cités ci-dessus (IT, Business Process Outsourcing et développement de logiciel) devront générer au Maroc près de 59.000 emplois dans le secteur d’ici 2020. La multiplication des zones offshore et des technopoles en témoigne.

Partant de là, l’initiative ne peut être que louable dans un contexte gouvernemental où l’entrepreneuriat devient aussi la solution au chômage. L’organisation du prochain Sommet Global de l’Entrepreneuriat, à Marrakech,  en est un parfait témoignage. Le politique s’alliant à l’économique pour réduire le chômage.

Ce n’est que de cette manière que les équilibres économiques pourront être établis,  les flux migratoires contenus, et les intérêts des nations préservés…
L’exercice ne sera pas simple. Il sera facilité par la multiplication d’initiatives telles que celle de l’EFE. Louable !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *