Ressources humaines : L’impact des retraites

Ressources humaines : L’impact des retraites

Le ministère fait le pari des recrutements par contrat ainsi que la révision des procédures d’affectation

Le système éducatif peine depuis quelques années déjà à répondre aux besoins en ressources humaines. Cette difficulté serait due à l’impact des départs à la retraite. «Depuis 2011, les postes budgétaires ouverts par les lois de Finances ne couvrent pas les départs à la retraite. En dépit de cette situation, le ministère autorise de plus en plus le départ à la retraite anticipée des enseignants. Ainsi, le nombre des départs à la retraite anticipée a atteint 6.614 enseignants au cours de l’exercice 2016», explique la Cour des compte.

«En outre, entre 2013 et 2016, le ministère a autorisé le départ à la retraite anticipée de 15.213 enseignants, soit plus de l’effectif recruté par contrat en 2016 pour couvrir les besoins de l’année scolaire 2016-2017», ajoute la même source. Pour sa part, le ministère de tutelle affirme que des mesures sont prises pour combler le déficit. Dans ce sens, les responsables disent que «le ministère se penche actuellement sur le recrutement par contrat d’environ 24.000 enseignants (es). A cet effet, les besoins réels en enseignants ont été identifiés, et le processus de recrutement a été effectivement enclenché».

Par ailleurs, la tutelle annonce la révision du processus du mouvement et de l’affectation du personnel. «La note-cadre organisant le mouvement du personnel sera révisée, en tenant compte des besoins fonctionnels du département. Il sera également procédé à l’adoption de nouvelles méthodes et normes pour la gestion de la mobilité et de l’affectation des enseignants», apprend-on auprès de la tutelle.

«Le ministère a déjà amorcé, dans le cadre de la préparation de la prochaine rentrée scolaire, cette révision, et a adopté de nouvelles normes en matière de gestion de la mobilité et de l’affectation des enseignants, et ce afin de motiver les enseignants à la stabilité, considérée par le ministère comme élément majeur impactant la stabilité du système éducatif dans son entier», conclut la même source.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *