Restaurer la confiance entre le Maroc et l’Espagne

Appelant à la promotion d’un climat d’entente entre les deux pays, qui sont unis par de nombreux intérêts communs, Trinidad Jiménez, tête de liste socialiste aux futures élections municipales de Madrid a soutenu, dans un entretien avec MAP – Madrid, à progresser vers un avenir commun et à traiter avec franchise de toutes les questions intéressant les deux peuples.
J’appelle les deux peuples à s’entendre et à restaurer le plus tôt possible le climat de confiance entre les deux rives du détroit de Gibraltar, a dit Mme Jiménez, qui a abandonné, jeudi dernier, le Secrétariat des relations internationales du PSOE pour briguer le poste de maire de Madrid.
Les bonnes relations entre les deux pays ont toujours été le gage de transcender tout type de problème conjoncturel, a rappelé la dirigeante socialiste, estimant que les divergences de points de vue sur certaines questions n’a jamais mis les relations entre les deux pays dans de très grandes difficultés.
Mme Jiménez a qualifié d’heureuse initiative de tenter de donner une impulsion aux relations maroco-espagnoles, l’annonce de la rencontre à Casablanca entre Abderrahmane Youssoufi, et José Luis Rodriguez Zapatéro, secrétaire général du PSOE, en marge de la prochaine réunion de l’internationale socialiste, les 31 mai et le 1er juin prochain.
Elle a, d’autre part, rejeté toute doctrine officielle liant l’augmentation de l’indice de la délinquance en Espagne au phénomène de l’immigration. Il faut rejeter avec force ce type d’attitudes qui portent un énorme préjudice à la convivialité, a-t-elle dit.
Au contraire, soutient-elle, autorités, opinion publique et acteurs sociaux sont appelés à encourager la recherche de points de rencontre entre la société et la communauté des immigrés.
Réfutant les statistiques du ministère de l’intérieur accusant les immigrés d’être impliqués dans 40 pc de délits commis en Espagne, en 2002, elle a affirmé que la délinquance, qui n’a aucun rapport avec la race, est le résultat de la marginalisation sociale. Pour résoudre un problème social, tous les acteurs sont invités à dialoguer, se concerter et offrir des solutions, a noté Mme Jiménez qui a déploré l’absence de sécurité dans une grande ville comme Madrid, où 100 personnes ont été tuées en 2001 dans des délits de sang et 50 attaques à main armée sont recensées chaque jour.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *