Résultats du RGPH 2014: Lahlimi répond aux sceptiques

Résultats du RGPH 2014: Lahlimi répond aux sceptiques

Nous sommes 33.762.036 Marocains et 86.206 étrangers à vivre légalement au Maroc selon les résultats du dernier recensement, et Ahmed Lahlimi voudrait que l’on cesse de mettre cela en doute.

«J’ai été particulièrement surpris par les personnes qui non seulement doutent des chiffres que l’on a présentés, mais avancent leurs propres chiffres sur je ne sais quelle base», s’est indigné le haut-commissaire au Plan lors d’une conférence de presse en fin de semaine dernière à Rabat.

«Je comprends que certaines personnes puissent douter étant donné que plusieurs opérations étaient loin d’être transparentes dans l’histoire du Maroc», a-t-il ajouté, «mais ces personnes doivent comprendre que jamais ni dans le passé ni aujourd’hui, les résultats des recensements n’ont été altérés».

En comparaison avec le recensement de 2004, l’effectif de la population du Royaume a connu un accroissement de 13,2%, ce qui voudrait dire un taux d’accroissement annuel qui avoisine les 1,25%, tandis qu’il était de 1,38% entre 1994 et 2004. La cadence de la croissance démographique du Maroc a donc bel et bien baissé. Cela peut être expliqué par plusieurs facteurs selon Lahlimi. «En 1982, nous étions à 6 membres par famille (…) aujourd’hui nous sommes à 4,2», a-t-il noté. Même tendance lorsqu’on observe le nombre d’enfants par femme, celui-ci est passé de 7,2 en 1960, à 3,3 en 1994, pour arriver à 2,1 en 2014.

Ce sixième recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) mené par le Haut-Commissariat au Plan (HCP) après 1960, 1971, 1982, 1994 et 2004, s’est, selon Lahlimi, déroulé dans de très bonnes conditions.

«La particularité de ce recensement par rapport aux précédents était l’accueil qu’ont reçu les participants de la part des familles», a-t-il indiqué. Le RGPH était également exceptionnel de par son exhaustivité comparativement aux recensements précédents. Son taux de couverture a atteint 98,67%.

Sur le plan régional, les habitants du Maroc se répartissent de manière inégale. Huit régions sur seize concentrent plus de 70% de la population du pays. La région du Grand Casablanca compte, à elle seule, plus de 4,2 millions d’habitants, ce qui équivaut à 12,6% de la population. Juste après arrive la région du Souss-Massa-Drâa avec un peu plus de 3,6 millions d’habitants, soit un taux de 10,6%. En descendant à l’échelle préfectorale, la ville de Casablanca se place, sans surprise, au premier rang. Un Marocain sur dix habite à Casablanca. La métropole renferme, en effet, 3,06 millions d’habitants. Quatre autres préfectures et provinces comptent plus d’un million d’habitants, à savoir Marrakech, Fès, Tanger-Asilah et Kénitra.

Compter les habitants d’un pays a un coût, et en 2014 il a été de 864,7 millions de dirhams. Ce budget a couvert les trois étapes principales du RGPH, c’est-à-dire les travaux cartographiques (16,43%), l’exécution du recensement (78,35%) et l’exploitation des données (5,22%). En ce qui concerne la phase d’exécution, les charges principales étaient d’abord l’indemnisation des recenseurs qui s’est taillé 71,36% de cette partie du budget, mais également, à moindre échelle, la location de véhicule et le carburant à hauteur de 13,58% et l’achat de matériels et de services qui a représenté 15,05%.

Les premières données annoncées par le haut- commissaire devront faire place à de nouvelles, plus détaillées, vers la fin avril. Elles concerneront les détails des conditions socio-économiques de la vie des Marocains sur les plans national et régional. Ces données devront, à leur tour, s’affiner d’avantage pour fournir ces mêmes informations à l’échelle communale d’ici la fin de l’année.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *