Retraite complémentaire : peu connue des marocains

Honnêtement, je ne sais pas grand-chose sur le régime de la retraite complémentaire, à part le fait que ce serait bénéfique pour tous les fonctionnaires et tous les salariés de pouvoir, à la fin de leur carrière, bénéficier d’une pension additionnelle. Car, comme son nom l’indique, cette retraite complète est celle que l’on perçoit en général après 60 ans. Il me semble aussi que beaucoup d’entreprises privées font déjà profiter leurs employés de ce régime, mais que les administrations marocaines et les entreprises publiques ne sont pas encore à ce stade-là. Personnellement, j’aimerais bien que ce type de retraite soit généralisé à tout le monde, afin que les fonctionnaires, qui sortent avec un faible salaire, trouvent un petit «plus» pour compléter leur pension.
Mohamed, 48 ans, fonctionnaire (administration)

D’après mes connaissances, il s’agit d’une retraite qui fait bénéficier les fonctionnaires d’une seconde allocation après l’âge de 60 ans. Je sais aussi que les employés du secteur privé en profitent dans certaines sociétés et que des banques proposent ce type de retraite.
Mustapha, 42 ans, ingénieur

Ce que je sais sur la retraite ? Quel hasard ! C’est plus ou moins mon domaine d’activité. En fait, je travaille au pôle Prévoyance d’une grande entreprise. Je sais que nous disposons d’un produit de retraite complémentaire et aussi qu’il s’adresse à toutes les franges de la société, même à des étudiants de 18 ans. En revanche, je ne sais pas grand-chose sur le régime juridique de la retraite complémentaire au Maroc.
Karim, 26 ans, employé

Du fait que je travaille dans le secteur public, je sais qu’il y a eu une réforme du système social, il y a quelques années et qu’il y a eu une revalorisation des cotisations, en ce sens que nous payons un peu plus qu’auparavant et ce dans le cadre de l’amélioration des retraites. Pour ce qui est du secteur privé, je sais qu’il y a des régimes et des formules proposés par des banques en concertations avec des compagnies d’assurances.
Youssef, 37 ans, cadre dans un ministère

La retraite complémentaire est une sorte de police d’«assurance-vie» que l’on peut souscrire lorsqu’on est encore en service, c’est-à-dire, avant le cap des 60 ans. C’est ce qui a été le cas pour moi, puisqu’il y a une douzaine d’années, j’avais opté pour ce type de retraite. En fait, j’ai été tentée d’y souscrire lorsque j’ai appris que l’Office national dans lequel je travaillais allait prendre en charge la moitié des cotisations mensuelles reversées à l’organisme d’assurance en tant que part patronale. Aujourd’hui, grâce à cette retraite complémentaire, j’ai une pension un peu plus confortable que bien d’autres retraités de la fonction publique.
Fatim-Zahra, 62 ans, retraitée de la fonction publique

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *