Réunion des jeunesses des partis avec le ministre de l’intérieur : Les jeunes réitèrent leurs revendications devant Cherkaoui

Réunion des jeunesses des partis avec le ministre de l’intérieur : Les jeunes réitèrent leurs revendications devant Cherkaoui

Les jeunes ne lâchent pas prise. Les représentants de quelque 14 organisations de jeunesse des partis ont rencontré, dimanche 28 août, Taib Cherkaoui, ministre de l’intérieur . Objectif :exposer leur point de vue par rapport à la participation et la représentativité politique de la jeunesse marocaine dans les prochaines élections, ainsi que leur soutien au maintien d’une liste nationale de 90 sièges réservés équitablement aux jeunes et aux femmes. Les revendications adressées par des jeunesses au ministère de l’intérieur comprennent également la création d’un fonds national pour soutenir la participation des jeunes à la vie politique, ainsi que l’instauration de la part du ministère de mesures incitatives pour les partis politiques encourageant la participation des jeunes et prévoyant de les désigner têtes de liste au niveau provincial. «Nous avons reçu des signaux positifs de la part du ministre de l’intérieur qui a par ailleurs souligné que le rôle du mouvement ne doit pas se limiter qu’à la représentativité mais aussi constituer une force démocratique pour faire face aux pratiques électorale et politicienne anti-démocratiques», a indiqué à ALM Abdelkader El Kihel, secrétaire général de la jeunesse du PI. Pour sa part, Ali Elyazghi, secrétaire général de la jeunesse Usfpéiste, a souligné qu’outre une liste nationale dédiée en partie aux jeunes, il faudrait penser à d’autres mécanismes plus audacieux pour permettre la participation des jeunes. «Le quota n’est qu’un recours d’urgence dans l’état actuel du fonctionnement des partis où les canaux de rajeunissement ne se font pas naturellement», avait-il indiqué à ALM. Par ailleurs, parmi les 14 organisations de jeunesse des partis ayant exclusivement participé à cette réunion qui a duré près 55 minutes, on cite entre autres les jeunesses de l’Istiqlal, l’USFP, le PJD, le MP, l’UC, le PPS, le FFD et la Gauche verte. Ces organisations font partie du «mouvement de la jeunesse marocaine pour une représentativité politique maintenant» constitué récemment à Rabat et qui comprend également des organisations de la société civile ainsi que des membres des partis n’ayant pas d’organisation de jeunesse tel le PAM par exemple.
Notons que cette réunion avec le ministère de l’intérieur qui fait suite à une autre rencontre des jeunesses des partis avec la Primature jeudi 26 août a été boycottée par la jeunesse du Parti socialiste unifié. Selon Moundir Touhami, de la jeunesse PSU, celle-ci a une autre vision des mécanismes de la participation des jeunes aux élections. «Nous sommes contre la tutelle directe du ministère de l’intérieur sur les élections. Ces dernières doivent être organisées par un comité indépendant présidé par la justice et composé de représentants des partis et enfin de walis et gouverneurs», a déclaré à ALM M. Touhami. Selon ce dernier, la participation des jeunes doit s’opérer à travers des listes provinciales réservées aux jeunes à hauteur de 20%, c’est-à dire un candidat sur cinq doit être jeune. La jeunesse PSU appelle aussi à une redéfinition du découpage électoral et des sièges alloués selon la masse démographique des circonscriptions, autant qu’une réinscription dans les listes électorales sur la base de la carte nationale. Et ce pour permettre aux 7 milions de citoyens non-inscrits dans ces listes de participer aux élections.Les jeunes PSU appellent également à assainir les élections en excluant tout candidat impliqué dans des affaires de fraudes financières et dont le nom figure dans les rapports de la Cour des comptes.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *