Révolution de velours au RNI

Il aura fallu que le Souverain insiste sur la réforme du champ politique pour que les partis réfléchissent enfin sur leur mue. Le RNI vient de diffuser une plate-forme de plusieurs feuillets, signée par son président Ahmed Osman, sur la restructuration du Rassemblement. Le communiqué commence par une introduction sur les recommandations de SM le Roi à l’occasion du discours du Trône et du discours d’ouverture de la session d’automne du Parlement.
Cette réforme confère des pouvoirs aux membres du bureau exécutif qui ont désormais la tâche de diriger le parti à côté du président. Mieux : les membres de cette instance se réuniront au moins une fois tous les quinze jours «et chaque fois que cela serait nécessaire». Les réunions auront lieu à l’initiative du président ou du 1/3 des membres du bureau exécutif. La personne du président n’est plus indispensable à la tenue des rencontres : «en cas d’absence du président, il sera remplacé par l’un des membres du bureau exécutif».
L’autre nouveauté de la restructuration du RNI est relative aux délibérations au sujet de la participation au gouvernement, ainsi qu’aux représentants du parti dans des institutions. On se souvient que ce sujet avait été à l’origine de vifs désaccords, après la «désignation» par M. Osman des ministrables de son parti. Désormais cette tâche sera partagée entre le président et les membres de l’exécutif.
Le document, qui se veut fondateur d’une nouvelle pratique politique au sein du RNI, préconise aussi la nomination d’un «comité des sages», un trésorier et de nombreuses commissions qui auront la charge de la communication, les finances, les droits de l’Homme, la Femme… Interrogé par ALM sur la teneur de cette plate-forme, M. Osman explique qu’il est l’aboutissement de débats qui ont commencé, il y a longtemps. «Nous avons eu des problèmes, mais qui ont été excessivement exagérés par la presse. La restructuration du parti est un cinglant démenti de tous ceux qui le donnaient pour agonisant». Un député RNI indique pour sa part que les nouveaux parlementaires du RNI ne sont pas des «béni oui-oui». Ils ont «exigé» cette réforme. Il ajoute qu’ils ont engagé le débat pour «la gestion démocratique du parti depuis longtemps», mais que le discours de SM le Roi a été un «détonateur». Il précise que cette réforme «n’est pas de façade», et qu’elle fait partie d’une dynamique à même d’assurer la pérennité du parti et d’y faire adhérer de nouvelles forces. Il reste à savoir si, après un quart de siècle à la tête du RNI, M. Osman serait disposé à partager le pouvoir. Même s’il a approuvé la teneur du document, il semblait quelque peu hésitant.
Est-ce l’émotion devant le nouvel élan pris par son parti ? En tout cas, cette émotion lui a fait dire que la réunion avec les membres du bureau exécutif a eu lieu mardi matin, alors que le document qui a fait suite à cette réunion est daté du lundi 11 octobre.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *