Roucek : Une bonne proposition qui doit être encouragée

Le vice-président de la Commission des affaires étrangères du Parlement européen,  Libor Roucek, a affirmé, vendredi à Rabat, que l’initiative marocaine d’autonomie constitue «une bonne proposition qui doit être encouragée et faire l’objet de discussions».
«Je considère que l’initiative d’autonomie est une bonne proposition qui doit être encouragée et faire l’objet de discussions», a déclaré M. Roucek à l’issue des entretiens qu’il a eus avec le président de la Chambre des représentants,  Mustapha Mansouri, le président de la Commission des affaires étrangères, de la défense nationale et des affaires islamiques à la Chambre des représentants, Fouad Ali El Himma, et le président du groupe socialiste à la même Chambre,  Ahmed Zaïdi. Pour le député européen, il s’agit soit d’opter pour une proposition qui servirait de plate-forme pour les discussions ou de «maintenir le statu quo qui ne va mener nul part et qui n’est dans l’intérêt d’aucune partie». Se prononçant en faveur de la première option, M. Roucek a, d’autre part, émis l’espoir qu’Alger procède à l’ouverture de ses frontières avec le Royaume d’autant plus qu’il existe de nombreuses questions que les deux pays doivent examiner de concert, notamment le terrorisme, l’immigration illégale, le trafic de drogue ainsi que des questions d’ordre socio-économique. Il a formulé le souhait de voir le Maroc et l’Algérie renforcer leur coopération bilatérale afin de venir à bout des problèmes qui risquent de compromettre les intérêts des deux pays. M. Roucek a indiqué, par ailleurs, que les entretiens avec les responsables marocains ont porté sur les questions relatives à la coopération entre l’UE et le Maroc, deux partenaires appelés à coopérer en profondeur dans tous les domaines, ajoutant que le Royaume est un modèle à suivre au niveau du Maghreb et du monde arabo-musulman en ce sens qu’«il a pu réussir des réformes ayant touché les droits humains, les libertés fondamentales, la démocratie, l’enseignement et les droits civils». «Le Maroc a donné la preuve qu’un pays peut se moderniser et s’adapter aux exigences de la mondialisation tout en sauvegardant ses traditions et ses racines», a-t-il dit. Pour sa part, M. Mansouri a souligné avoir examiné, lors de ses entretiens avec M. Roucek, les moyens de renforcer la coopération entre les Parlements européen et marocain et la coopération Maroc-UE notamment en matière d’immigration et de terrorisme ainsi que la situation au Moyen-Orient. M. Mansouri a, en outre, passé en revue les différentes réformes engagées par le Maroc au cours des dernières années et les derniers développements de la question du Sahara marocain. De son côté, M. El Himma a indiqué que son entrevue avec M. Roucek est la première d’une série de rencontres entre la Commission des affaires étrangères, de la défense nationale et des affaires islamiques et la Commission des affaires étrangères au Parlement européen visant à renforcer les débats sur divers sujets. MM. El Himma et Roucek ont souligné la nécessité d’approfondir la concertation parlementaire bilatérale ainsi qu’avec les autres institutions parlementaires maghrébines en vue de faire face aux dangers qui menacent la région. Le vice-président de la Commission des affaires étrangères au Parlement européen avait rencontré, jeudi,  Youssef Amrani, ambassadeur, directeur général des relations bilatérales au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération et la présidente de l’Organisation marocaine des droits de l’Homme (OMDH), Mme Amina Bouâyach.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *