S.M. le Roi : « La guerre n’est pas une fatalité »

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a reçu hier le nouveau président du Mouvement des Non-Alignés (MNA), le Premier ministre de Malaisie, le Dr. Mahathir Mohamad avec lequel le Souverain a eu des entretiens.
Le Souverain, Président du Comité Al-Qods, a reçu le chef du gouvernement malaisien juste avant l’ouverture de la rencontre consultative des dirigeants des Etats membres de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) sur la crise irakienne et la Palestine au Putra World Trade Center (PWTC) de Kuala Lumpur.
À l’occasion de cette rencontre, Sa Majesté le Roi a prononcé un important discours dans lequel le Souverain a affirmé que « la guerre n’est pas une fatalité » et que l’option d’un règlement pacifique de la crise irakienne « n’a pas été totalement épuisée ».
« Nous sommes soucieux de préserver la sécurité et l’unité de l’Irak et attaché à mettre fin aux souffrances qu’endure son peuple frère du fait de l’embargo, et à lui épargner les affres de la confrontation armée.
Parallèlement, nous sommes convaincus que l’évolution positive de la mise en oeuvre de la résolution 1441 du Conseil de sécurité, laisse espérer que la guerre n’est pas une fatalité et que l’option d’un règlement pacifique de la crise n’a pas été totalement épuisée », a déclaré S.M. le Roi.
Le Souverain a affirmé que l’option du règlement pacifique « demeure possible », pour peu que prévale la sagesse chez toutes les parties concernées, et s’affirme la volonté réelle et sincère de coopération totale avec les équipes des inspecteurs de l’ONU pour atteindre les objectifs escomptés par la communauté internationale, de façon à préserver la souveraineté, la sécurité et l’intégrité de tous les Etats de la région.
S.M. le Roi estime que ce rassemblement se doit de proclamer avec clarté et en toute responsabilité, le message de la Oumma islamique à la communauté internationale qu’elle « s’attache à un règlement de cette crise par les voies pacifiques, d’autant plus qu’elle est convaincue que toute autre alternative exposerait l’ensemble de cette région, sensible et stratégique, à d’autres tragédies et entraînerait les plus graves conséquences pour le monde entier ».
« Nous sommes de fervents partisans de la paix, et très attachés à la légalité internationale et à la mise en oeuvre de ses principes dans le règlement de tous les différends, où qu’ils se trouvent, et quels qu’en soient les protagonistes afin que prévalent, en définitive, la justice, la paix et la sécurité dans toutes les zones de tension », a dit le Souverain. S’agissant de la question palestinienne, S.M. le Roi, en sa qualité de Président du Comité Al Qods Al-charif, a réaffirmé que la région du Moyen-Orient « demeurera potentiellement explosive tant que ne sera pas mis un terme à l’occupation israélienne des territoires arabes et à l’effroyable tragédie du peuple palestinien frère ».
Le Souverain a mis l’accent sur la nécessité pour que « la communauté internationale s’active à sortir le processus de paix de l’impasse actuelle, et à assurer un retour à la table des négociations pour que soient appliquées les résolutions de la légalité internationale et que le peuple palestinien puisse édifier son Etat indépendant, avec Al Qods Al-charif pour capitale ».
« Notre vision d’un règlement de la question palestinienne participe d’une démarche réaliste qui tient compte des traités et conventions internationaux pour faire prévaloir la paix et bannir toutes les formes de violence. C’est ce que nous enseigne notre religion islamique tolérante qui interdit formellement d’attenter à la vie humaine », a souligné le Souverain.
S.M. le Roi a appelé, d’autre part, à « redoubler d’efforts afin de redresser l’image rayonnante de l’Islam qui a été pervertie par les comportements extrémistes et condamnables de groupuscules ignorant les véritables finalités de la religion islamique, généreuse et tolérante ».
« Nous disons à l’adresse de nos partenaires au sein de la communauté internationale ce qui suit: Venez pour convenir ensemble de nous en référer, dans nos relations et la gestion de nos différends, à ces principes divins sublimes. Empruntons la voie de la paix et de l’entente et écartons la logique de la force et de la violence qui suscite les sentiments d’injustice et alimente la contre-violence », a dit S.M. le Roi Mohammed VI.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *