Sahara : Benaïssa devant les députés

Sahara : Benaïssa devant les députés

Finalement, le ministre des Affaires étrangères, Mohamed Benaïssa, s’est réuni, le mercredi dernier, avec les membres de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants. Et pour cause, la demande a été faite par la commission en octobre 2003. Benaïssa a donc répondu… sept mois plus tard. Le but de cette rencontre est de présenter aux élus les derniers développements de l’affaire du Sahara.
En effet, juste après la séance des questions orales du mercredi, la réunion s’est tenue à huis-clos. Seuls les députés avaient le droit d’assister. Ni les représentants de la presse, ni les employés du Parlement, n’ont pu mettre le pied à l’intérieur de la salle de réunion. Sur la demande du ministre, donc, la présidence de la commission a entouré d’un secret total le déroulement de cette réunion.
En fait, les députés voulaient s’assurer de la véracité de certaines informations publiées par la presse nationale. A en croire ces informations, le Maroc serait prêt à accepter le plan Baker II et préparerait même une révision de la Constitution pour l’adapter à ce plan.
La députée istiqlalienne, Latifa Bennani Smires, a assuré, dans un entretien à ALM, que « malgré le retard accusé par le ministre, la question de l’intégrité territoriale du Maroc demeure un sujet d’actualité ». En effet, le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), Kofi Annan, devrait présenter dans les prochains jours, son rapport au Conseil de sécurité, sur la situation au Sahara. Et avant la fin du mois d’avril, le Conseil de sécurité devrait se prononcer sur la prolongation ou non du mandat de la Minurso.
Mme Bennani Smires a également affirmé que « l’institution parlementaire, en général, et les membres de la Chambre des représentants, en particulier, souhaitent être impliqués davantage dans l’affaire du Sahara, notamment en les informant sur l’état d’avancement des négociations ». Pour sa part, le ministre est intervenu pour rassurer les députés. Selon lui, le Maroc n’a pas changé de position quant à sa souveraineté sur ses provinces du Sud.
A ce titre, le député du PJD, Abdessamad Haykar, a souligné que « les réponses du ministre des Affaires étrangères n’étaient pas convaincantes ». En effet, le ministre n’a ni confirmé, ni infirmé, les rumeurs parues dans les colonnes de la presse nationale. « Il s’est contenté de déclarations générales », assure Haykar.
Ce dernier a également voulu savoir si l’accord de libre-échange avec les Etats-Unis aurait une quelconque incidence positive sur l’affaire du Sahara. Même constat pour l’accession de Zapatero à la tête de l’Exécutif espagnol. Enfin, Haykar a rappelé la situation des prisonniers marocains détenus dans les geôles du polisario, ainsi que celle des civils et militaires libérés. « Sont-ils intégrés dans la société marocaine? », se demande Haykar.
A noter, dès le début de la réunion, à 18 heures 30, Mohamed Banaïssa a informé les députés que le temps de leur rencontre ne pouvait s’étendre au-delà de 20 heures. Benaïssa devait dîner avec son homologue bangladeshi en visite au Maroc. C’est pour cette raison qu’il a été convenu de programmer une deuxième réunion, le lendemain, soit le jeudi 22 avril.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *