Sahara: l’ASM s’internationalise

Sahara: l’ASM s’internationalise

L’Association «Le Sahara Marocain» (ASM) a lancé, depuis quelques semaines, un plan d’action ambitieux. Il s’agit tout d’abord de l’ouverture de trois antennes à l’étranger. Des pourparlers sont en cours pour l’installation du bureau de Madrid. Quant à ceux de Paris et de New York, ils sont déjà opérationnels. Pour chacun de ses deux bureaux, l’association a envoyé quatre membres actifs. « Le but de l’ouverture de ces antennes est d’insuffler une nouvelle dynamique dans l’action de l’ASM en mobilisant essentiellement la communauté marocaine résidente à l’étranger pour la défense de l’intégrité du territoire marocain », souligne Réda Taoujni, président de l’association. Autre intérêt de taille dans cette initiative: être proche des décideurs européens et américains ainsi que des instances internationales. Ce travail de lobbying n’est pas une tâche facile. L’ouverture des bureaux nécessite un effort financier considérable. Selon le président de l’association, les déplacements des membres vers Paris et New York ont été possible grâce à la participation financière de ces mêmes membres. Rappelons que l’association a connu des moments difficiles sur le plan financier. Ses dettes avaient atteint des chiffres faramineux à tel point que l’ASM risquait la dissolution. Aujourd’hui, l’association a ouvert une nouvelle page. Elle a reçu d’importants soutiens qui lui ont permis d’apurer toutes les dettes et même à envisager l’ouverture de trois bureaux internationaux. Sur l’origine de ces fonds salvateurs, le président de l’association a préféré rester discret et ne rien divulguer. En tout cas, l’ASM compte lancer un vaste plan d’action qui ne se limitera pas à l’ouverture des antennes. En effet, des discussions sont en cours actuellement entre les membres de l’ASM et un gouvernement européen pour l’octroi de plusieurs micro-crédits. Les bénéficiaires ne sont autres que 69 membres de l’association, anciens prisonniers civils marocains dans les geôles du Polisario. Ces crédits, à hauteur de 50.000 DH, serviront au financement de petits projets. L’ASM est également en négociation avec l’Association marocaine des PME-PMI pour l’encadrement des bénéficiaires de ces micro-crédits. « Les négociations n’ont pas encore définitivement abouti mais les responsables de l’association des PME-PMI ont exprimé leur engagement à épauler les anciens détenus marocains dans la réalisation de leurs projets ». Par ailleurs, l’ASM a contacté une ONG européenne laquelle s’est également engagée à prendre en charge les soins médicaux et le suivi psychologique des civils marocains incarcérés dans les camps de Tindouf. L’association a également l’intention de créer une coopérative qui sera composée uniquement d’anciens détenus civils de Tindouf. Cette coopérative aura pour mission de recevoir des aides et des dons, de tout genre, du Maroc et de l’étranger. Par la suite, les donations (ou le fruit de leur vente) seront distribuées aux membres de cette même coopérative. « Aujourd’hui, l’ASM compte parmi ses membres 69 anciens détenus, mais notre porte reste ouverte à tous les anciens détenus de retour au pays », affirme Réda Taoujni. « D’ailleurs, poursuit-il, ces membres sont exemptés de tous les droits de cotisation ».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *