Sahara : Madrid pour une solution politique

Cette question constitue « une préoccupation » pour le chef de gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, et le gouvernement lui accorde un grand intérêt en cette période marquée par « des contacts avec les différents acteurs régionaux », a dit M. Moratinos, dans un entretien publié lundi par le quotidien « Al Ittihad Al Ichtiraki ».
Concernant son évaluation de la coopération entre le Maroc et l’Espagne, il a qualifié son bilan de « plus que positif », en ce sens que les deux pays, après avoir mesuré l’impact de la globalisation sur leurs économies, ont pris conscience que la nouvelle donne « doit plus les unir que les séparer ». « Grandement optimiste » quant au devenir des relations bilatérales, M. Moratinos a rappelé « l’esprit » de la déclaration commune signée par les chefs de gouvernement des deux pays, à l’occasion de la première visite de M. Zapatero au Maroc (24 avril dernier), notant que c’est dans l’esprit de cette déclaration que s’inscrivent les contacts et les échanges de visites à haut niveau entre responsables marocains et espagnols. S’agissant de la construction maghrébine, il a appelé à la mise en place d’une « vision prospective opérationnelle », expliquant qu’en Europe, la tendance va dans le sens de la mobilisation « des instruments disponibles » à cette fin et des mécanismes offerts par le système « euromed », dont l’une des principales dispositions demeure « le processus d’intégration régionale et le développement des partenariats ».
Il a en outre lancé un appel à la consolidation des « initiatives positives », comme la Déclaration d’Agadir (création de la zone arabe de libre-échange) qui porte en elle les prémices d’une option « d’intégration réelle ».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *