Said Kachani : «Ces Olympiades restent des compétitions d’élites»

Said Kachani : «Ces Olympiades restent des compétitions d’élites»

ALM : Le Maroc est en plein préparatif pour  les épreuves d’Amsterdam. Que représentent pour vous ces olympiades ?
Said Kachani : En effet, le Maroc participera aux Olympiades internationales des mathématiques à Amsterdam. Dans ce sens, nous préparons cette compétition bien à l’avance. À partir de la troisième année du collège, nous initions nos élèves à participer à ce genre d’épreuves, et ce en leur proposant des contrôles continus supplémentaires. Pour les prochaines Olympiades prévues cet été, nous avons choisi au niveau de l’Académie régionale de Casablanca trois élèves qui passeront l’étape finale de la sélection avant de prendre leur envole aux Pays-Bas.
 
En outre des épreuves écrites, que fournissez vous aux candidats ?
Les mathématiques ne sont pas très populaires au Maroc. Ainsi, nous n’avons pas encore atteint un niveau avancé de participation.  Ces Olympiades restent des compétitions d’élites. Dans ce sens, nous déployons tous les efforts possibles pour encourager ces jeunes  à tenter l’expérience et acquérir de nouvelles connaissances. Notre action ne se limite pas à l’élaboration de contrôle mais également à encadrer les candidats. À partir de la deuxième étape des éliminatoires, nous organisons régulièrement des stages de formations pour ces jeunes. Ces stages consistent à ce qu’ils s’initient davantage aux épreuves mondiales en l’occurrence l’assimilation des énoncés et la méthodologie de la résolution. De la sorte, le candidat se trouve préparer à affronter ce défi mondial.
 
Qu’en est-il des autres matières ? Et que recommandez-vous dans ce sens ?
On trouvera rarement des Olympiades consacrées à d’autres matières. Pour pallier à cette faille, le ministère a publié récemment une nouvelle circulaire, concernant le concours des sciences et techniques. Comme récompense, les lauréats vont devoir bénéficier de bourses d’études pour le reste de leur parcours scolaire et universitaire. Chose que les candidats des Olympiades n’ont pas. Dans ce sens, nous invitons tous les acteurs concernés à soutenir nos représentants aux Olympiades mondiales de mathématiques. Et ce en leur favorisant l’insertion sociale et professionnelle dès leur retour au Royaume.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *