Salé : L’analphabétisme affiche un taux de 21,7%

Salé : L’analphabétisme affiche un taux de 21,7%

Le taux d’analphabétisme à Salé a atteint 21,7 % dans la préfecture, et 21,85% au niveau de la commune, a affirmé le directeur de l’Agence nationale de lutte contre l’analphabétisme (ANCLA), Mahmoud Abdessamih.

Lors d’une rencontre organisée récemment par la commune de Salé, dans le cadre du projet «Jeudi de concertation de Salé», autour du thème «La lutte contre l’analphabétisme, entre le renforcement de la dignité du citoyen et l’appui au développement local», M. Abdessamih a indiqué que l’ANCLA a réalisé un bilan positif en matière de lutte contre l’analphabétisme, mettant l’accent sur la nécessité de coordonner et d’unifier les efforts de tous les intervenants pour aboutir aux objectifs escomptés dans la stratégie nationale de lutte contre l’analphabétisme visant à réduire le taux d’analphabétisme de 20 % en 2021 au moins de 10 % en 2026.

M. Abdessamih a assuré que la lutte contre l’analphabétisme est au cœur des stratégies et objectifs, portant notamment sur le programme communal, programme post alphabétisation, programme de jeunes, programme de lutte contre l’analphabétisme dans les mosquées du ministère des affaires islamiques, le programme d’alphabétisation fonctionnelle (AF) dans le secteur de l’artisanat, de la pêche maritime et de l’agriculture.

Il a, dans ce sens, indiqué que l’ANCLA veille au renforcement des bases de la bonne gouvernance, l’amélioration de la qualité d’enseignement et l’adaptation entre l’offre et la demande, selon les principes d’équité, d’égalité, respectant l’individu et la société tout en accordant la priorité au milieu rural, aux femmes et aux jeunes.

Pour sa part, la représentante des commissions consultatives des arrondissements relevant de la commune de Salé a présenté un exposé sur «la vision de la société civile du phénomène d’analphabétisme à Salé et les moyens d’y faire face», au cours duquel elle a établi un diagnostic de la situation d’analphabétisme à Salé. Elle a ainsi mis l’accent sur l’absence d’une politique locale pour lutter contre l’analphabétisme, les défaillances au niveau des méthodes pédagogiques, des formations continues au profit des encadrants et des mesures incitatives pour les adhérents, soulignant la nécessité d’adopter le processus de la décentralisation au niveau de l’ANCLA et mettre en place des stratégies locales pour la lutte contre l’analphabétisme.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *