Santé: 28% des médecins et 43% des infirmiers partiront à la retraite en 2030

Santé: 28% des médecins et 43% des infirmiers partiront à la retraite en 2030

Les services de santé ont grandement besoin d’être rehaussés sur le plan qualitatif pour répondre aux attentes de plus en plus accrues des citoyens.

Crise de personnel de santé, accès aux soins, démission des médecins résidents, accouchements sans assistance médicale, un constat loin d’être parfait. En effet, le ministre de la santé, El  Houcine Louardi, a souligné lundi 10 juillet 2017, devant le groupement thématique chargé de préparer la séance annuelle pour l’évaluation des politiques publiques, que l’accès aux premiers soins continue d’être une des carences majeures du système de santé au Maroc.

Ainsi, 0.6 consultations médicales est la moyenne annuelle enregistrée pour chaque citoyen, un chiffre qui place le pays loin derrière la Tunisie avec 2,7 consultations médicales pour chaque citoyen et 6,4 consultations médicales pour chaque citoyen en France, indique le ministre devant la Chambre des conseillers. Ce dernier a également mis l’accent sur le faible pourcentage lié au contrôle grossesses et aux accouchements sous assistance médicale, celui-ci ne dépasse pas 75%, indique le ministre de la santé devant la commission parlementaire. Dans sa présentation El Houcine Louardi, a également dévoilé que le manque du capital humain est le principal handicap à l’encadrement médical dans le milieu rural et les zones montagneuses. Et pour cause, le ministère de la santé ne dispose que 1.51 professionnel de la santé pour chaque 1.000 citoyens, soit un médecin pour 1.389 habitants et un infirmier pour 1091 alors que le niveau mondialement admis par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est de 4,45 professionnels de santé pour chaque 1000 citoyens.

Le ministre de la santé, El  Houcine Louardi, a expliqué à ce titre que la crise des ressources humaines que connaît le secteur se traduit par une concentration de ses cadres dans deux régions, à savoir la région de Rabat-Salé-Kénitra et la région de Casablanca-Settat qui à elles seules attirent 51% du personnel de santé. Dans ce sens, le ministre a alerté sur la possibilité d’une aggravation de la crise du manque du personnel médical si certaines mesures ne sont pas mises en application. Pour ainsi illustrer ses propos, El Houcine Louardi a expliqué que 11% des fonctionnaires de la santé partiront en retraite dans les cinq prochaines années.

Plus encore, 28% des médecins et 43% des infirmiers seront retraités à l’horizon 2030. Dans sa présentation, le ministre de la santé a également révélé que plus de 900 démissions par voie judiciaire ont été enregistrées auprès des médecins résidents contractuels. Ces chiffres alarmants mettent le doigt sur la problématique dont souffre le secteur public de la santé, à savoir sa faible, attractivité auprès des professionnels du secteur. Une situation dont les répercussions s’accentuent principalement dans le milieu rural où certains centres de santé sont dépourvus de médecins, voire même sont obligés de fermer en raison de l’absence de médecins ou de professionnel de santé, indique le ministre devant la Chambre des conseillers.

Par ailleurs, El  Houcine Louardi, a dévoilé que les dépenses directes des familles continuent d’augmenter, celles-ci ont atteint 50,7%. L’ambition du ministère de la santé est de baisser ce taux pour arriver à 25% selon les chiffres du ministère. Autre problématique, le ministre a fait savoir que les services de santé ont grandement besoin d’être rehaussés sur le plan qualitatif pour répondre aux attentes de plus en plus accrues des citoyens. Dans sa présentation devant la Chambre des conseillers, le ministre de la santé n’a pas manqué de faire l’inventaire des réalisations accomplies dans le secteur. Il a ainsi mis en avant la politique pharmaceutique qui a mené à la baisse des prix de plus de 3.600 médicaments.  Dans ce sens, le ministre a annoncé qu’une commission nationale sera établie dans les semaines à venir. Celle-ci sera chargée du suivi et de l’évaluation de la politique pharmaceutique. Ladite commission sera composée de représentants du secteur pharmaceutique et des représentants des différents ministères concernés.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *