Santé: Comment Louardi veut combattre Zika

Santé: Comment Louardi veut combattre Zika

Le virus Zika fait peur. Transmis par des moustiques Aedes, il inquiète surtout les femmes enceintes car il pourrait être à l’origine de malformations cérébrales et notamment des cas de microcéphalie chez les nourrissons.

Conscient des dangers que présente ce virus, le ministère de la santé a mis en place un plan de veille et de prévention.  Les détails de ce plan figurent dans une   circulaire adressée  aux directeurs régionaux et aux directeurs des CHU. Celui-ci  a été établi conformément aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a déclaré que le virus Zika constituait une urgence de santé publique   de portée mondiale.

Surveillance épidémiologique des microcéphalies
Dans sa circulaire, le ministère de tutelle  appelle à renforcer la veille et la surveillance épidémiologique en vue de la détection précoce d’éventuels cas importés. Tout cas suspect doit être notifié immédiatement par téléphone au directeur de l’épidémiologie et de lutte contre les maladies et par e-mail en envoyant la fiche d’investigation à l’adresse électronique : [email protected] Parmi les autres mesures figurent la mise en place d’une surveillance épidémiologique des microcéphalies et le renforcement de celle des paralysies flasques aigues.

Veille et prévention au niveau des points d’entrée
Le plan prévoit plusieurs mesures de veille et de prévention  au niveau des points d’entrée accueillant des voyageurs. Ainsi, les voyageurs à destination des pays touchés par l’épidémie doivent être sensibilisés aux modes de transmission du virus et les mesures de protection individuelle contre les piqûres des moustiques particulièrement chez la femme enceinte. Il est aussi question d’informer les voyageurs en provenance de ces pays sur les signes de la maladie et de les inciter à consulter dans les plus brefs délais un médecin devant l’apparition des signes cliniques (éruption cutanée  maculo-papuleuse avec ou sans fièvre, une hyperhémie conjonctivale, des myalgies, arthralgies et  des céphalées) dans les 12 jours qui suivent leur retour.

Désinsectisation des enceintes portuaires et aéroportuaires
Il est aussi question de veiller sur l’intensification des mesures de désinsectisation des navires et des aéronefs, en provenance des pays touchés, ainsi que les enceintes portuaires et aéroportuaires, jusqu’à un rayon de 400 mètres  conformément aux exigences du Règlement sanitaire international. Par ailleurs, le ministère de la santé appelle les directeurs régionaux de la santé et les directeurs des CHU à donner leurs instructions aux centres de transfusion relevant de leur autorité pour exclure provisoirement tout don de sang provenant d’un donneur ayant séjourné dans un pays touché par le virus Zika, dans les 28 jours suivant son retour.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *