Santé : Les mamans marocaines allaitent de moins en moins

Santé : Les mamans marocaines allaitent de moins en moins

L’allaitement serait-il moins prisé chez les Marocaines ? C’est en tout cas ce qui ressort des statistiques du ministère de la santé qui font état d’une baisse préoccupante de cette pratique. L’allaitement maternel est passé de 51% en 1992 à 27,8 % en 2011, soit une baisse de 23,2% en l’espace de 19 ans. Quant à la mise au sein précoce durant la demi-heure qui suit l’accouchement, celle-ci  n’est pratiquée que par 26,8% des parturientes.

Autre fait marquant : la mise au sein dépend du niveau d’études de la maman. Si en France, les femmes de niveau d’études inférieur ou égal au baccalauréat allaitent moins que celles de niveau supérieur, ce n’est pas le cas dans notre pays.

En effet, selon l’enquête nationale à indicateurs multiples et santé des jeunes réalisée entre 2006 et 2007 par le ministère de la santé, l’allaitement maternel est   plus répandu chez  les mères  qui ont un niveau d’instruction primaire que  celles qui  ont un niveau d’instruction secondaire.

Pour inciter les jeunes mamans à recourir à l’allaitement, le ministère de la santé organise du 23 au 29 décembre la semaine nationale de promotion de l’allaitement maternel.

Organisée sous le thème «Allaitement maternel: tous concernés», cette campagne vise à sensibiliser les mères et leur entourage à l’importance de cette pratique et à inciter les professionnels de santé à se mobiliser pour  rappeler les bienfaits de l’allaitement maternel et son impact positif sur la santé maternelle et infantile.

Les bienfaits  de l’allaitement maternel ne sont plus à démontrer: le lait maternel réduit la morbidité et la mortalité infantile, renforce l’immunité du bébé, protège contre les infections hypoallergéniques et  prévient certains troubles alimentaires. Il  constitue  aussi un aliment unique, qui répond parfaitement aux besoins nutritionnels et affectifs du bébé. De même, l’allaitement serait protecteur des risques de cancer du sein pour la mère et de diabète et d’obésité chez l’enfant.

Rappelons que l’Organisation mondiale de la santé (OMS)  prône six mois d’allaitement maternel exclusif. Elle  estime que 3.500 vies pourraient être sauvées chaque jour si les bébés étaient nourris au sein durant les premiers mois de leur vie.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *