Santé : L’OMS s’alarme du réchauffement climatique

Santé : L’OMS s’alarme du réchauffement climatique

«Il ne peut plus y avoir de doutes sur la réalité du changement climatique. Ses effets sont déjà sensibles », a déclaré la directrice générale de l’OMS Margaret Chan lors d’une conférence de presse à l’occasion de la Journée mondiale de la santé. «Une action urgente est nécessaire pour minimiser l’impact du changement climatique dans les prochaines décennies», a averti Mme Chan. La hausse du mercure tue lors de vagues de chaleur ou bien en suscitant de plus fréquentes catastrophes comme inondations, typhons, cyclones et sécheresses. Ces phénomènes entraînent une détérioration de la qualité de l’eau, favorisant l’émergence de maladies diarrhéiques. De même l’augmentation des pluies et de la température ont un impact sur le développement de maladies tropicales comme la dengue ou le paludisme véhiculée par les moustiques. L’OMS a fait du changement climatique le thème de la Journée mondiale de la santé, qui coïncide cette année avec le 60ème anniversaire de l’organisation. La directrice générale de l’OMS a indiqué qu’elle mettra le sujet sur la table d’une réunion du G-8 au Japon en mai prochain. « L’OMS veut attirer l’attention des leaders politiques sur des données du secteur de la santé (…) qui les aideront à prendre la mesure de ce qui est en jeu », a expliqué Mme Chan. Le réchauffement frappe en particulier les pays en voie de développement, comme l’Afrique subsaharienne, a souligné Mme Chan en rappelant que les récentes inondations en Angola ont provoqué une flambée de choléra. David Hayman, Directeur général adjoint pour la sécurité sanitaire et l’environnement a également souligné l’aggravation de la situation au cours des dix dernières années dans la « ceinture de la méningite » en Afrique subsaharienne, due en partie aux sécheresses de plus en plus graves et qui favorisent la transmission de la maladie. Il y a déjà trois ans l’OMS avait averti que le réchauffement climatique était à l’origine de 150.000 morts et cinq millions de malades chaque année, en raison de vagues de chaleur ou de catastrophes naturelles. Selon un rapport publié en octobre lors de la conférence annuelle des pédiatres américains, les enfants sont particulièrement vulnérables du fait d’une plus grande incidence de l’asthme et des maladies respiratoires.
Tous les pays du monde sont exposés: les cas d’infections par le virus du Nil occidental ont augmenté de façon exponentielle aux Etats-Unis et au Canada depuis 1999 car le climat plus chaud permet aux moustiques vecteur de l’infection de se multiplier.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *