Santé : Lutter contre la mortalité infantile

Une enquête réalisée conjointement par l’organisation mondiale de la santé (OMS) et le programme commun des nations-unies de lutte contre le sida (ONUSIDA) a attiré l’attention de la communauté internationale sur la nécessité, pour atteindre les objectifs de développement du millénaire, de renforcer considérablement les efforts de lutte contre d’autres causes majeures de mortalité infantile le sida, telles que le sida, le paludisme, les affections diarrhéiques ou la rougeole.
L’enquête conjointe OMS-ONUSIDA, dont les grandes lignes ont été rendus publiques dernièrement à Genève par l’OMS, souligne qu’à côté de l’augmentation constante du nombre d’enfants mourant du sida, «d’autres maladies suivent cette tendance». Notant que l’on invoque souvent l’épidémie de VIH-SIDA pour expliquer l’inversion des tendances, les auteurs de l’enquête, reconnaissent qu’il s’agit bien d’une cause de plus en plus importante de mortalité chez l’enfant de moins de 5 ans en Afrique. En outre, ils estiment que, « dans de nombreux pays africains, le VIH n’explique pas à lui seul le ralentissement des progrès, voire l’inversion des tendances ».
L’OMS cite à ce propos le Dr. Tomris Turmen, directeur exécutif à l’organisation sanitaire mondiale du département «santé familiale et communautaire». Pour le Dr Turmen, cette enquête vient à point nommé. «Ce rapport, a dit le responsable, paraît à un moment, particulièrement important, juste avant la session extraordinaire des Nations-unies consacrée aux enfants, qui s’intéressera tout spécialement aux objectifs en matière de lutte contre la mortalité infantile et au nouveau programme en faveur de la santé et du développement de l’enfant. Son importance vient également du fait qu’il montre clairement que les principales menaces pour la survie de l’enfant, (affections diarrhéiques ou pulmonaires, paludisme) n’ont pas disparu, et que si l’on ne dégage pas de nouvelles ressources et si l’on ne redouble pas d’efforts, les objectifs du millénaire ne seront pas atteints».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *