Santé : Petit budget, grosses attentes !

Santé : Petit budget, grosses attentes !

La santé verra son budget progresser de 4,41% en 2014 avec une enveloppe portée à 12,91 milliards de dirhams contre 12,37 milliards de dirhams en 2013. Un budget en légère hausse pour un secteur en mauvaise passe. Ce léger mieux risque de susciter à nouveau la colère des syndicalistes qui ont dénoncé à plusieurs reprises  le budget «dérisoire» du département de la santé. Pour sa part, le budget de fonctionnement a été revu à la hausse. Celui-ci a été fixé à 11,41 milliards DH en 2014 contre 10,37 milliards de dirhams l’année précédente.

Contrairement à l’année 2013, les dépenses du personnel seront en hausse. En effet, le projet de la  loi de Finances 2014 prévoit un budget de 7,36 milliards DH. Rappelons que la loi de Finances 2013 avait fixé ce budget à 6,42 milliards DH contre 6,65 milliards en 2012. En 2014, le gouvernement s’attellera à garantir une offre de soins de bonne qualité et accessible pour tous. L’amélioration de l’accès aux soins est l’axe prioritaire du ministère de la santé. Celle-ci passe par le développement des soins médicaux d’urgence, le renforcement de l’offre hospitalière et le développement de la santé en milieu rural.

Parmi les actions prévues par le département de tutelle en 2014 figure l’extension de la couverture médicale de base à travers la consolidation des acquis du processus de la généralisation du Ramed et la poursuite de l’étude générale pour la proposition de scénarios de couverture par une assurance maladie obligatoire des indépendants et des professions libérales. Les autres mesures prioritaires portent sur la mise en œuvre du plan national de prise en charge des urgences médicales, la mise à niveau des urgences médicales hospitalières et la mise en service des SAMU.

S’agissant de l’extension du réseau hospitalier, elle se fera à travers la poursuite   des travaux de construction des hôpitaux régionaux, provinciaux et locaux, la réalisation des études pour le lancement des travaux de construction des nouveaux CHU de Tanger et Agadir et la reconstruction de l’hôpital Ibn Sina de Rabat. L’autre priorité est le développement des soins de santé de base, notamment en milieu rural.

Il s’effectuera à travers la réhabilitation des structures d’accouchement, le renforcement de l’encadrement et l’équipement des centres de santé  et l’amélioration de la prise en charge des femmes enceintes au niveau des établissements de soins de santé de base.

Pour rappel, l’année 2013 a été marquée par la concrétisation de plusieurs actions, notamment l’accélération de la généralisation du Ramed. Au début octobre 2013,  5,47 millions de personnes (porteurs de cartes et récépissés) ont bénéficié de ce régime, soit environ 67% de la population éligible. Le coût des prestations de soins de santé offerts dans le cadre du Ramed s’élèverait à près de 2,4 milliards de dirhams.  

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *