Santé publique: Grosse campagne contre le tabagisme

Santé publique: Grosse campagne contre le tabagisme

Au Maroc, la consommation du tabac est préoccupante. On estime la prévalence du tabagisme à 18% chez les personnes âgées de 15 ans   et près de 41% de la population est exposée au tabagisme passif. Avec 31,5% d’hommes et 3,3% de  femmes qui fument, le cancer du poumon fait des ravages dans notre pays.

Le tabac  est responsable de 90%  de ce type de cancer. Le tabagisme serait également responsable de 25% des insuffisances coronaires dont l’infarctus. 

Pour sensibiliser le public aux principaux dangers de ce poison qui tue à petit feu, la Fondation Lalla Salma pour la prévention et le traitement des cancers a   lancé une vaste campagne de sensibilisation du 23 mai au 8 juin 2014. Cette opération a pour but précis d’informer l’opinion publique sur la nocivité du tabagisme passif. Bien que longtemps sous-estimés, les dangers liés au tabagisme passif sont aujourd’hui prouvés et largement reconnus. En effet, la fumée de tabac contient de nombreuses substances toxiques qui ont des effets nocifs non seulement sur les fumeurs, mais aussi sur leur entourage qui les respire.

Au-delà de la gêne occasionnée, le tabagisme passif augmente ainsi les risques de mort subite du nourrisson, d’infections respiratoires notamment chez les enfants, de maladies cardio-vasculaires et de certains cancers (poumon,  sein). Même s’ils sont moins élevés que pour le fumeur actif, les risques sont  bien réels.

D’où l’intérêt d’une telle campagne pour  aviser les   non-fumeurs exposés au tabagisme passif sur les risques encourus et les inciter à ne pas accepter la fumée des autres. La Fondation  n’a pas  lésiné   sur les moyens pour communiquer  (télévisions, radios, médias, affiches dans les centres de santé, les lycées, les établissements publics).

Avec une consommation de 15 milliards de cigarettes par an, le Royaume  est  l’un des plus grands consommateurs de tabac dans la zone méditerranéenne. Selon l’OMS, l’épidémie du tabagisme tue près de 6 millions de personnes chaque année. Si aucune mesure n’est prise d’urgence, le nombre annuel de ces décès pourrait atteindre plus de 8 millions d’ici à 2030.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *