Santé : Une carence en vitamine D augmente les risques cardiaques

Santé : Une carence en vitamine D augmente les risques cardiaques

«Le risque de maladies cardio-vasculaires est particulièrement élevé chez les sujets souffrant d’une forte hypertension», a souligné le Dr Thomas Wang, de la faculté de médecine de Harvard, principal auteur de ces travaux publiés dans Circulation, le journal de l’American Heart Association. Cette recherche, conduite pendant cinq ans sur 1.739 personnes âgées de 59 ans en moyenne, a montré que celles dont les teneurs sanguines en vitamine D étaient les plus faibles (moins de 15 nano-grammes par millilitre de sang) présentaient deux fois plus de risques de subir un infarctus, une défaillance cardiaque ou une attaque cérébrale dans les cinq ans comparativement aux sujets ayant les taux les plus élevés de vitamine D. Même après la prise en compte des facteurs de dangers cardio-vasculaires bien établis comme le diabète, un cholestérol élevé et l’hypertension artérielle, le risque chez les membres du groupe ayant les taux sanguins de vitamine D les plus bas était encore 60% supérieur à celui des personnes dont les taux étaient les plus élevés. «Les résultats de cette étude sont intéressants mais doivent encore être confirmés par des recherches supplémentaires», a souligné le Dr Wang tout en notant que «le nombre grandissant d’indications laisse penser qu’une carence de vitamine D peut être néfaste pour le système cardio-vasculaire». Mais a-t-il insisté, «cette dernière étude ne démontre pas avec certitude qu’un manque de vitamine D est responsable d’une augmentation des risques cardiovasculaires, car pour cela il faudrait conduire une étude beaucoup plus étendue», selon lui. D’autres études ont aussi indiqué que cette vitamine pourrait réduire les risques de cancer.
La vitamine D contribue à une meilleure absorption du calcium par l’organisme et est considéré comme un élément important pour une bonne santé des os et des dents. Des carences de vitamine D peuvent provoquer de l’ostéoporose chez les adultes et du rachitisme chez les enfants.
De 20 à 30% de la population dans certaines régions aux Etats-Unis souffrent d’insuffisances en vitamine D, surtout dans les endroits les moins ensoleillés. La peau est la plus grande source de vitamine D, qu’elle produit sous l’influence des rayons ultraviolets solaires. De dix à quinze minutes de soleil par jour sur le visage et les bras suffisent aux apports quotidiens de vitamine D nécessaires à l’organisme qui estime ces besoins à 400 unités internationales (UI) de vitamine D par jour.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *