Satisfecit pour le Maroc

Le Maroc a été cité en tête des pays arabes et musulmans résolument engagés dans le processus de démocratisation à l’occasion de la présentation lundi du rapport annuel du Département d’Etat américain sur les droits de l’homme dans le monde.
« Il y a un certain nombre de pays dans le monde arabe et dans le monde musulman qui ont déjà démontré leur capacité à s’engager eux-mêmes dans le processus du pluralisme et de la consécration de pratiques plus démocratiques. Il y a le Maroc, la Jordanie, la Turquie et dans une certaine mesure l’Indonésie aussi », a déclaré le secrétaire d’Etat assistant pour la démocratie et les droits de l’homme, M. Lorne Craner qui lors d’une conférence de presse tenue au département d’Etat, juste avant la présentation du rapport annuel au congrès US
Le responsable américain a précisé que la tendance a également commencé à être constatée parmi les pays du golfe, « notamment à Bahrain, Oman et au Qatar ». il a estimé que cette tendance méritait le soutien de l’administration américaine et pouvait servir « d’exemple à d’autres pays ».
Le rapport, dont les grandes lignes ont été esquissées par M. Craner, note que la tendance à la pratique des principes démocratiques, tels que la tenue d’élections transparentes s’est poursuivie dans l’ensemble de la planète en 2001, « tandis que des réformes politiques ont été engagées du Pérou à la Serbie, en passant par le Mexique, le Ghana et le Sénégal ».
Le rapport qui examine la situation des droits de l’homme durant l’année passée dans quelque 190 pays et territoires à travers le monde, ne manque pas de revenir sur l’Afghanistan, considérant le changement de gouvernement intervenu dans ce pays comme « la principale réussite des Etats unis durant l’année écoulée ».
Lorne Craner a qualifié l’Afghanistan de « triomphe pour les droits de l’homme », citant le document qui place « la guerre contre le terrorisme dans le cadre du combat plus large » mené par les Etats Unis « pour la promotion de la démocratie à travers le monde ». Le responsable s’est défendu, au cours de sa conférence de presse, du fait que « la guerre contre la terrorisme allait maintenant éclipser l’intérêt des Etats Unis pour le respect des droits de l’homme ». Il a jugé cette crainte sans Fondements, estimant que « la protection des droits de l’homme est même plus importante maintenant que jamais auparavant » et que son gouvernement était « profondément attaché » à sa promotion à l’échelle universelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *