Sécurité routière : Plus de 66.000 accidents et 2.643 morts sur nos routes durant les 9 premiers mois

Sécurité routière : Plus de 66.000 accidents et 2.643 morts sur nos routes durant les 9 premiers mois

Nos routes ont été moins meurtrières durant les neuf premiers mois de l’année.  Le nombre de morts sur nos routes a légèrement baissé.

En effet, l’analyse des statistiques provisoires des 9 premiers mois de 2017 par comparaison à celles des 9 premiers mois de l’année 2016 fait ressortir une baisse de 1,38% des tués qui se sont chiffrés à 2.643.  Les accidents mortels ont également régressé de 1,90% pour s’établir à 2.318 par comparaison aux premiers mois de 2016. En revanche, les autres indicateurs sont en hausse. Ainsi, la plus forte augmentation a été enregistrée au niveau des accidents non mortels. Leur nombre s’est établi à 64.073 à fin septembre 2017, soit une hausse de 10,43%.

Pour leur part, les accidents ont affiché une hausse de 9,95% en s’établissant à 66.391. Les chiffres du ministère de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau font état de 6.928 blessés graves (+1,84%) et de 88.280 blessés légers (+8,29%). Si l’on compare à présent les chiffres du mois de septembre  2017 à ceux de septembre  2016, la plus forte baisse a été enregistrée du côté des tués. Leur nombre s’est chiffré à 350 enregistrant une baisse de 7,41%. Les accidents mortels se sont élevés à 306, ce qui représente une baisse de 4,67%. Ce qui n’a pas été le cas pour les accidents non mortels qui ont enregistré la plus forte hausse (+7,18%) pour s’établir à 7.257.

Par ailleurs, les chiffres du ministère font état de 866 blessés graves (-3,13%) et de 10.206 blessés légers (+5,13%). Sur une année glissante, c’est-à-dire d’octobre 2016 à septembre 2017 par comparaison à octobre 2015-septembre 2016, on recense 87.835 accidents, soit une hausse de 8,69%. Les accidents mortels se sont établis à 3.118, enregistrant une baisse de 1,86%. Par contre, le nombre des accidents non mortels a explosé sur une année glissante (+9,12%)  en s’établissant à  8.4717.  Le nombre de tués s’est chiffré à 3.556 avec une légère régression (-0,89%). Pour les autres indicateurs, on recense 9.076 blessés graves ( -2,64%) et 116.065 blessés légers.

En périmètre urbain, la situation reste toujours aussi alarmante comme le confirment les derniers chiffres de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Durant la semaine du 6 au 12 novembre, 15 personnes ont été tuées et 1.832 ont été blessées, dont 84 grièvement, dans 1.389 accidents de la route. Le non-respect du code de la route et le manque de civisme des usagers de la route sont à l’origine de cette criminalité routière. Comme le fait remarquer la DGSN, ces accidents sont principalement dus au non-respect de la priorité, à l’inadvertance des piétons et des conducteurs, à l’excès de vitesse, au changement de direction sans signalisation, au défaut de maîtrise du véhicule, au non-respect du stop, au changement de direction non autorisée ou encore à la conduite en état d’ivresse.

Concernant les opérations de contrôle et de répression en matière de circulation et de roulage, les services de sûreté ont fait état de 45.210 contraventions, de 15.515 procès-verbaux soumis au parquet et du recouvrement de 29.695 amendes transactionnelles. Les sommes perçues ont atteint 6.194.000 dirhams, selon la DGSN  qui a fait état de la mise en fourrière de 5.644 véhicules, la saisie de 9.583 documents et le retrait de la circulation de 288 véhicules. Rappelons que dans l’intention de  réduire le bilan macabre des accidents de la route, des conditions plus strictes seront mises en place pour l’obtention du permis de conduire. Dorénavant, il faudra avoir 34 points sur 40 pour réussir l’épreuve théorique pour le permis B et 40 points sur 46 pour la catégorie C et D. La tutelle compte également réviser la banque de questions–réponses de l’épreuve écrite de l’examen du code de la route. Le ministère de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau a lancé un appel d’offres pour la réalisation d’une étude portant sur la révision de la banque des questions-réponses de l’examen théorique. Au total, 1.000 questions-réponses seront formulées contre 600 actuellement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *