Sécurité spirituelle: Malika Laabdellaoui, l’ambassadeur du vivre-ensemble en Allemagne

Sécurité spirituelle: Malika Laabdellaoui, l’ambassadeur  du vivre-ensemble en Allemagne

Après un parcours académique brillant, elle devient présidente du Conseil supérieur des musulmans dans la région de Rheinland-Pfalz

Dans un monde marqué par la montée de la xénophobie, l’exclusion de l’autre et l’islamophobie, la présidente du Conseil supérieur des musulmans dans la région de Rheinland-Pfalz fait de la défense de la communauté musulmane un leitmotiv.

Native de Nador, Malika  Laabdellaoui est arrivée en Allemagne avec sa famille à l’âge de 12 ans. Aujourd’hui, elle est devenue l’une des figures de l’Islam dans ce pays européen. Pourtant, rien ne la prédestinait à cette mission. Arrivée dans un pays étranger avec sa famille, elle ne passait pas le plus souvent inaperçue en raison de sa religion. Très tôt en effet, elle a dû faire face à des questions sur l’Islam de la part de son entourage dans son pays d’accueil. Dans une déclaration à la presse, elle affirme qu’elle recevait une multitude de questions tout au long de son parcours estudiantin de la part de ses camarades de classe mais également de la part de ses enseignants et professeurs. Ces interrogations méritaient de sa part des réponses exactes dans un pays où la religion musulmane demeure minoritaire.

«Pour cela il m’a fallu consacrer une partie de mon temps à l’approfondissement de mes connaissances en tant que musulmane pour pouvoir défendre ma religion», avait-elle expliqué dans l’une de ses déclarations à la presse. Elle décide alors de renforcer ses connaissances. Mais elle ne savait pas que cette détermination allait lui permettre de gravir les échelons jusqu’à devenir présidente du Conseil supérieur des musulmans dans la région de Rheinland-Pfalz, à l’ouest d’Allemagne. Avant cette consécration, Malika a réalisé un parcours brillant sur le plan académique mais également dans le domaine associatif. Son but était de contribuer à la consolidation du dialogue interreligieux dans sa terre d’accueil ainsi que la défense des droits des musulmans pour faciliter la complémentarité et le vivre-ensemble. Tout en menant des études universitaires dans la psychologie, elle intègre des associations actives dans le domaine du dialogue interreligieux et l’action sociale.

L’implication dans le monde associatif va lui permettre de construire une expérience dans le domaine de l’évaluation de la situation des musulmans et la valorisation de leurs culture et civilisation. Malika participe ainsi activement à des manifestations et des rencontres organisées dans les milieux universitaires mais également religieux, notamment dans les églises et mosquées sans oublier les ONG. Malika est également l’auteure de deux ouvrages en allemand sur la prise en charge sociale et psychique des patients musulmans. Dans un monde marqué par la montée de la xénophobie, l’exclusion de l’autre et l’islamophobie, la présidente du Conseil supérieur des musulmans dans la région de Rheinland-Pfalz fait de la défense de la communauté musulmane un leitmotiv.

Pour elle, les autorités allemandes sont appelées à reconnaître tous les droits des citoyens musulmans, respecter leur spécificité et comprendre leurs préoccupations à l’instar des chrétiens et des juifs. Mais elle insiste également sur le rôle des musulmans d’être les ambassadeurs de leur propre religion. Elle répète à qui veut l’entendre que les musulmans ont l’obligation d’honorer leur religion en forçant le respect par une conduite exemplaire et une parfaite intégration dans le respect des valeurs du pays hôte.

A 12 ans

Elle quitte le Maroc pour s’installer en Allemagne avec sa famille.

A 50 ans

Elle devient présidente du Conseil supérieur des musulmans dans la région de Rheinland-Pfalz, à l’ouest d’Allemagne.

Articles similaires

1 Comment

  1. Al maghribi

    En Allemagne il y plus de 4 millions de musulmans, sans compter les 2 millions de réfugiés syriens accueillis dernièrement, on souhaite un grand succès aux musulmans d’Allemagne et aux marocains spécialement, en restant attachés à leur pays comme les turcs le font

    Reply

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *