Selon un rapport de l’OMS: 37.000 cas de tuberculose au Maroc

Selon un rapport de l’OMS: 37.000 cas de tuberculose au Maroc

Sans un traitement approprié, deux tiers des personnes atteintes de tuberculose en mourront.

La tuberculose décrite comme «la maladie de la pauvreté» continue de faire des ravages au Maroc. Selon le dernier rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Maroc comptait 37.000 tuberculeux en 2015 alors que les statistiques du  ministère de la santé  durant la même année font état de 30.636 cas, toutes formes confondues (28.955 nouveaux cas et 1.681 cas de rechutes).

Dans son rapport, l’organisation onusienne précise que  47% des personnes atteintes de la maladie sont des séropositifs et des malades atteints du sida. Quant aux 53% restants, ces derniers sont atteints de tuberculose pulmonaire hautement contagieuse.

Toujours selon le document, la grande majorité des tuberculeux est issue du milieu   pauvre et vit dans des conditions très précaires à la périphérie des grandes villes. Ce  constat rejoint les conclusions des analyses de la  situation épidémiologique qui avait montré que cette maladie est  fortement concentrée au niveau des zones périurbaines des grandes agglomérations. Elle  est également liée à l’habitat insalubre, à la densité élevée des populations, à la promiscuité, à la malnutrition, à la précarité et à la pauvreté. La distribution géographique révèle que 5 régions ont totalisé, à elles seules, 58% des cas de tuberculose notifiés, avec une incidence dépassant la moyenne nationale. Ces régions étaient représentées par le Grand Casablanca, Tanger-Tétouan, Rabat-Salé-Zemmour-Zaër, Gharb-Chrarda-Beni Hssen et Fès-Boulemane. Pour sa part, la Ligue marocaine contre la tuberculose (LMCT) avait fait remarquer que 70% des cas sont recensés au niveau de l’axe Tanger-Casablanca. Les villes de Tanger et de Casablanca enregistrent la plus forte incidence avec respectivement 138 pour 100.000 habitants et 135 pour 100.000 habitants.

Autre constat : la tuberculose touche davantage le sexe masculin avec 60% des cas. Il est aussi important de relever que près des 2/3 des cas sont âgés  entre 15 et 44 ans.

L’OMS estime que les  pays dont le Maroc  doivent aller beaucoup plus vite pour prévenir, dépister et traiter la maladie s’ils veulent atteindre les objectifs mondiaux. D’après ses estimations,  10,4 millions de nouveaux cas  ont été enregistrés à travers le monde en 2015. Six pays représentaient 60% de la charge totale, l’Inde étant la plus touchée, suivie de l’Indonésie, la Chine, le Nigeria, le Pakistan et l’Afrique du Sud. Autre chiffre important à retenir: 1,8 million de personnes sont mortes de la tuberculose en 2015, dont 0,4 million étaient co-infectées par le VIH. Bien que le nombre de décès par tuberculose au niveau mondial ait reculé de 22% entre 2000 et 2015, cette maladie constitue l’une des 10 premières causes de décès dans le monde en 2015, soit un nombre plus élevé que le VIH et le paludisme.

Une maladie hautement contagieuse

Le principal danger de cette maladie est qu’elle se propage d’une personne à l’autre par voie aérienne. Lorsqu’une  personne  atteinte  de tuberculose pulmonaire tousse ou éternue, elle  projette  les germes de la tuberculose dans l’air. Il suffit d’en inhaler seulement quelques-uns pour être infecté. D’après l’OMS, les personnes atteintes de tuberculose dite «évolutive» peuvent infecter  10 à 15 autres personnes avec lesquelles elles sont en contact étroit en l’espace d’une année. Il faut aussi noter que les personnes dont le système immunitaire est affaibli, telles que les personnes vivant avec le VIH, les personnes souffrant de malnutrition ou de diabète, ou encore les fumeurs, courent un risque beaucoup plus élevé de développer la maladie.

Sans un traitement approprié, deux tiers des personnes atteintes de tuberculose en mourront.

La non observance des traitements est à l’origine de la résistance de la tuberculose dans notre pays. Et pourtant, cette maladie est prise en charge à 100% par le ministère de la santé. Quant au  traitement, il consiste en un schéma thérapeutique standard de six mois associant quatre antimicrobiens. La grande majorité des cas de tuberculose peuvent être guéris à condition que les médicaments soient pris correctement

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *