Settat : fin de parcours pour trois malfaiteurs

Mardi 18 novembre, vers 6h du matin. La gérante d’un publiphone et bureau de tabacs, situé au quartier Al Kheïr, à Settat, vient d’ouvrir pour commencer son travail lors de cette journée de ramadan. Cinq minutes plus tard, trois jeunes hommes font irruption. Ils sont âgés de vingt-huit à trente-deux ans, tous célibataires, quittant l’école avec un niveau primaire. Seule, elle leur demande ce qu’ils voulaient. L’un d’eux lui a demandé un paquet de cigarettes. Une fois le dos tourné, l’un d’eux brandit un couteau. « Ne bouge surtout pas et ne demande pas secours ou bien je vais te tuer », lui lance t-il sur un ton menaçant. Clouée sur sa place, elle n’a pu réagir ni prononcer le moindre mot pour demander secours. Elle s’est contentée de leur demander ce qu’ils voulaient. « L’argent», lui chuchote l’un d’eux qui n’a pas hésité à l’embrasser, malgré le jeûne. Le deuxième membre de la bande a ouvert la porte qui donne sur le bureau de tabacs. Il entre et met la main sur la recette de la veille. Trois mille dirhams qu’il a empochés avant de demander à ses deux complices de retourner à la voiture sans toucher la gérante. Aussitôt partis, la gérante a commencé à crier « au secours » et a alerté le propriétaire de publiphone qui a appelé la police qui a entamé une enquête qui leur a permis de repérer leurs lieux de fréquentation, dont un café situé sur la route principale reliant Marrakech à Settat. Il fallait attendre la nuit du surlendemain pour que les enquêteurs encerclent le café et effectuent une descente pour mettre la main sur le trio qui se préparait à cambrioler un autre commerce. Arrêtés, ils ont avoué une dizaine de vols. Ils ont été traduits devant la chambre criminelle près la Cour d’appel de Settat poursuivis pour constitution d’association de malfaiteurs et de vol qualifié.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *