Settat : Les « Ferracha » squattent les rues

Ce phénomène que l’on remarque dans l’ensemble des quartiers, des rues et mêmes des grandes avenues des villes marocaines, pose de gros problèmes à l’économie nationale. Le secteur informel, en dépit de ses répercussions négatives sur l’économie de façon générale, arrive à absorber toutes les personnes à la recherche d’un moyen de survie, aussi bien celles qui fuient la campagne en raison de la sécheresse, celles qui mettent un terme à leur scolarité ou encore les lauréats chômeurs des instituts et des universités.
Ce secteur est également choisi par tous ceux qui fuient les complications administratives et passent outre l’autorisation d’exercer une activité économique, ceux qui se dérobent aux taxes et autres TVA , et enfin ceux à la recherche du gain facile. Ce phénomène ne cessera de se propager tant que les efforts des autorités publiques, des élus, des chambres professionnelles, des associations et de l’ensemble des personnes actives dans le domaine économique, ne soient pas conjugués, dans une vision globale et intégrée pour trouver des solutions définitives à ce problème.
Les solutions consensuelles prises par le passé, à savoir contenir les marchands ambulants dans un endroit qui leur est consacré, n’ont pas réglé ce phénomène, a affirmé le délégué provincial du commerce et de l’industrie de Settat, M. Hassan Moumarine. Car, a-t-il dit, les emplacements réservés à ces marchands ambulants sont devenus par la force des choses des marchés parallèles. Il a en outre indiqué, dans une déclaration à la MAP, que pareilles solutions ont créé de nombreux problèmes notamment aux habitants qui ne cessent d’adresser des pétitions et des plaintes aux responsables.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *