Sevrage tabagique

Arrêter de fumer n’est pas facile. Tous les accros au tabac le savent. Ils se sont vus proposer différentes méthodes de sevrage. Pour améliorer le traitement et le personnaliser, les médecins tabacologues ont désormais recours au dosage de marqueurs spécifiques du tabac. «La nicotine n’est pas le marqueur idéal, sa concentration fluctue et son élimination dans l’urine est faible», expliquent les médecins. «La cotinine, en revanche, est éliminée en grande quantité dans l’urine. Une quantité de cotinine comprise entre six et 150 microgrammes par litre, correspond au tabagisme passif. En pratique, seul ce dosage urinaire permet au médecin de délivrer le timbre à la nicotine adaptée. Selon la quantité de cotinine urinaire retrouvée, deux timbres peuvent par exemple être nécessaires. Le médecin aurait peut-être hésité à les donner s’il n’avait pas eu cet élément en main. Autre exemple, quand un malade vient de faire un infarctus, il est important de lui délivrer la dose de nicotine exacte nécessaire pour commencer le sevrage. De même, pour une femme enceinte.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *