«Sharaka» couronné par 4 principaux résultats

«Sharaka» couronné par 4 principaux résultats

Le projet est lancé en juin 2014

Le projet «Sharaka» rentrant dans le cadre du partenariat Union européenne-Maroc pour la mobilité a livré ses résultats mercredi à Rabat. Comme le précise Anne De Soucy, DG adjointe d’Expertise France, organisme de mise en œuvre du projet, celui-ci est couronné par la réalisation d’une cartographie sur les conditions des MRE, par des actions au niveau des régions, notamment celle pilote de l’Oriental, la réintégration des migrants et la consolidation des compétences de l’Anapec concernant les migrants régularisés. De tels résultats incitent Expertise France à poursuivre son partenariat avec le Maroc que la DG adjointe qualifie de «modèle».

Pour la continuité de Sharaka

Cette volonté de poursuivre ces actions au niveau régional comme cela a été fait dans l’Oriental est exprimée par Mme De Soucy. «Et pourquoi pas au niveau continental», enchaîne-t-elle. Dans ce sens, la responsable conduit l’exemple du Mali. L’objectif étant de créer une coopération triangulaire. «Ce type de partenariat va nous permettre de développer une vision commune basée sur les droits», estime Mme De Soucy. Cela étant, le choix de la région de l’Oriental pour concrétiser le projet Sharaka s’est fait pour plusieurs raisons.

Déclinaison du projet dans l’Oriental

Déjà ce territoire connaît une forte proportion de Marocains du monde qui en sont originaires. D’après les chiffres du Conseil de la région de l’Oriental, 28,3% des MRE sont originaires de celle-ci. Les transferts financiers sont, à leur tour, conséquents puisqu’environ 16 milliards DH sont transférés aux familles chaque année. En Allemagne, 70% seraient issus de cette région. De plus, c’est un territoire marqué par une double frontière avec l’Algérie et l’Espagne et très concerné par la migration. Selon Saida Mahir, représentante de l’Agence de l’Oriental, qui rappelle ce choix d’une région exposée aux flux migratoires, le partenariat est décliné en 4 projets. Il s’agit de la promotion du territoire, l’intégration d’un volet MRE dans la déclinaison régionale, l’accompagnement économique des MRE de retour et celui des investisseurs MRE. A travers ces démarches, l’agence voulait créer une plate-forme dédiée aux MRE et initier une série d’activités avec une forte implication des associations de la société civile. D’après Mme Mahir, il résulte de ce programme au niveau régional l’organisation d’un forum d’investissement et la promotion des opportunités d’investissement lors d’événements organisés en Europe. «Cependant, il y a d’autres choses à faire dont un diagnostic au niveau régional», tempère la représentante de l’Agence de l’Oriental.

L’apport financier de l’Union européenne

Outre le financement du projet «Sahraka», l’UE finance, d’après Alessio Cappellani, chargé d’affaires à la délégation de l’UE auprès du Maroc, un autre projet en cours à hauteur d’un million DH (100 mille euros). «Nous avons un autre projet de 35 millions d’euros pour accompagner le Maroc dans sa mise en œuvre de sa politique migratoire», ajoute le chargé d’affaires. Selon ses dires, ces programmes et initiatives sont destinés à appuyer l’asile, l’intégration des migrants et la mobilisation de la diaspora marocaine. D’après le responsable, 16 millions d’euros sont déjà engagés pour améliorer la gouvernance des migrants. «Nous espérons dessiner de nouvelles perspectives en matière de mobilité», poursuit-il. En plus de l’apport de l’UE, le projet est cofinancé par la France et les Pays-Bas. Cela étant, le Maroc est, selon Jaouad Dequiuec, représentant du ministère délégué en charge des MRE et des affaires de la migration, «le premier pays à avoir conclu le partenariat pour la mobilité avec l’UE». Ce partenariat vise, selon ses dires, à fluidifier la mobilité entre les deux rives de la Méditerranée et garantir la bonne gestion de la migration. Quant au projet Sharaka, il a été lancé en juin 2014 comme il le rappelle.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *