SIDA : Un pari raté

Environ 970.000 malades des pays pauvres bénéficient d’une trithérapie contre le Sida, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Onusida qui jugent « peu probable » d’arriver à tenir leur pari de traiter 3 millions de personnes fin 2005, selon un rapport publié mercredi.
L’objectif de fournir cette année un traitement antirétroviral à 3 millions de séropositifs ou malades du Sida , soit la moitié de ceux qui en ont un besoin urgent dans les pays à faibles ou moyens revenus, avait été annoncé le 1er décembre 2003. Dix-huit mois plus tard, l’OMS et l’Onusida jugent qu’il faut « envisager l’objectif des 3 millions de malades sous traitement d’ici fin 2005, non pas comme une fin en soi, mais comme une étape importante » sur la voie d’un accès universel aux traitements et à la prévention du VIH/ Sida . L’objectif de trois millions de malades sous traitement sera atteint, même si nous ratons l’échéance de « six, douze ou même dix-huit mois », a assuré le directeur du département Sida à l’OMS Jim Kim dans un entretien à l’AFP.
L’initiative « va échouer », a estimé l’association de lutte contre le Sida Act up, regrettant « le manque de volonté politique des pays pauvres, fortement touchés par le Sida et le non-respect des engagements financiers des pays riches ». Entre 840.000 et 1,1 million de personnes reçoivent des antirétroviraux (ARV) dans les pays en développement ou en transition, un résultat « inférieur à l’objectif de 1,6 million prévu pour juin 2005 », reconnaissent l’OMS et l’Onusida.
Le million de malades sous ARV en juin 2005 ne représente que 15% des quelque 6,5 millions de personnes, enfants compris, qui risquent de mourir faute de traitement rapide. Les deux-tiers des quelque 39,4 millions de personnes contaminées par le virus du Sida (séropositifs et malades) vivent en Afrique sub-saharienne où la maladie a fait 2,3 millions de morts en 2004, selon l’Onusida. Quelque 660.000 enfants, dont 370.000 en Afrique subsaharienne, ont actuellement besoin d’ARV, faute de quoi la moitié des enfants séropositifs « meurent avant l’âge de deux ans », soulignent l’OMS et l’Onusida, insistant sur le besoin de préparations médicamenteuses bon marché, adaptées aux enfants.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *