Sidi Driss, un lycée exemplaire à Oujda

Sidi Driss, un lycée exemplaire à Oujda

Plusieurs parents refusent de faire inscrire leurs enfants dans les écoles de la périphérie des villes. Leur raison est simple : dans ces établissements scolaires, l’enseignement dispensé n’est pas à la hauteur de leurs aspirations. Ils avancent que les cours sont meilleurs dans les écoles du centre-ville.
Souvent la réalité est tout autre. Certaines de ces écoles que l’on taxe de tous les maux réalisent de très bons résultats aux différents niveaux d’enseignement. Les taux de réussite que ce soit pour l’examen de la sixième année fondamentale, de la troisième année du collège ou pour le baccalauréat sont encourageants. C’est le cas du lycée Sidi Driss d’Oujda qui s’est souvent distingué dans la performance. A maintes reprises, il s’est classé premier pour ce qui est du taux de réussite au baccalauréat. Et pourtant, c’est un lycée réputé pour la sévérité de son administration et de ses professeurs. Certains élèves le comparent à une caserne militaire, tellement la discipline est de mise.
«Sidi Driss School» (SDS), comme préfèrent le nommer ses élèves, fut édifié au début des années 80 dans un emplacement qui n’était même pas connecté au réseau routier de la ville. Il fallait faire plus de 800 mètres de piste pour arriver à la porte d’entrée. Et pourtant, dès ses premières années, le lycée allait se faire remarquer. Il s’imposa dans plusieurs concours scolaires et représenta l’Oriental dans différentes activités d’animation culturelle, notamment en théâtre scolaire et aux Olympiades des mathématiques. À plusieurs reprises, il fut le lycée qui réalisa le meilleur taux de réussite au baccalauréat au niveau de la ville d’Oujda. Ce fut le tournant. Les parents qui étaient réticents et refusaient de faire inscrire leurs enfants dans cet établissement commencent à encourager leurs enfants à opter pour ce lycée. À tel point que des dizaines de demandes d’inscription sont refusées à cause du surnombre. Sur le plan sportif, ses équipes sportives continuent à briguer les trophées et les médailles lors des différentes manifestations sportives. Son équipe de volley vient de remporter le championnat régional (2010/ 2011) dans la catégorie des cadets. Le lycée n’est pas à sa première consécration du moment qu’il est champion de sa catégorie depuis une décennie. Il règne en maître absolu sur cette discipline. Le directeur du lycée explique qu’il n’y a aucun secret si son établissement bénéficie d’une telle notoriété auprès des parents d’élèves. Il rappelle à cet effet que les attributions et les responsabilités du directeur sont connues de tout le monde : il assume des responsabilités pédagogiques dans la mesure où il doit veiller au bon déroulement des cours et suscite des initiatives destinées à améliorer l’efficacité de l’enseignement. Il assume une responsabilité administrative en veillant à la bonne marche du lycée et s’assure de la fréquentation scolaire régulière des enfants et des professeurs ainsi que du corps administratif. «Mission qui n’est pas de tout repos et qui oblige tout directeur responsable d’être toujours présent et sur le qui-vive», note Abderrahmane El Baye, directeur de Sidi Driss. Quant à l’élève Houda el Ouafi, elle a déclaré à ALM : «J’ai choisi cet établissement pour sa bonne réputation et surtout pour décrocher le baccalauréat avec une forte moyenne. Résultat que je peux obtenir vu la dextérité de l’administration et le sérieux de ses professeurs». Constat corroboré par l’élève Douâ Talhimt qui précise que «Sidi Driss est un lycée isolé mais calme. Il est réputé comme lycée où l’on ne badine pas avec la discipline. Cela m’arrange car il est l’endroit idéal pour les élèves studieux». Pour la petite histoire, Sidi Driss a ouvert ses portes en tant que collège en 1983 pour alléger le nombre d’élèves dans les établissements avoisinants. En 1984, il allait assumer le double rôle de collège et de lycée avant de se transformer en lycée en 1986. Sidi Driss compte actuellement 900 élèves dont 494 filles, vingt classes dont quatorze pour l’enseignement général et six pour l’enseignement des sciences physiques et sciences de la terre et de la vie. Les cours sont assurés par cinquante enseignants alors que l’effectif administratif est de l’ordre de quinze cadres.


Comment donner le goût de la lecture et de l’écriture à votre enfant ?
L’enfant éprouve souvent un manque d’intérêt ou des difficultés à lire et écrire . Il peut découvrir le plaisir de la lecture avant même de savoir lire. Les parents doivent prendre l’habitude de lire des histoires à leur enfant et ce avant de les coucher au lit. Cela constitue un excellent moyen de les initier au monde des livres. Sa chambre devrait donc comporter une petite bibliothèque avec des livres pour enfants mais aussi des ouvrages de référence, comme un dictionnaire, des encyclopédies, etc. Les parents doivent également prêcher par l’exemple en lisant eux-mêmes régulièrement et en parlant des choses qu’ils ont découvertes par les livres. En effet, la façon de parler aux enfants influence leur façon d’écrire ainsi que leur niveau de vocabulaire. Lorsqu’il commence à écrire, l’enfant ne sait pas encore que l’on n’écrit pas nécessairement comme on parle. Il convient donc d’éviter autant que possible les fautes de prononciation et de grammaire devant les enfants ainsi que les anglicismes, régionalismes et expressions argotiques. Il faut aussi s’efforcer de varier son vocabulaire, utiliser des synonymes, etc.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *