Sit-in pour que justice soit rendue

Sit-in pour que justice soit rendue

Une fille mineure maltraitée d’une manière qui laisse perplexe: blessée par des coups de bâton brûlée par une fourchette chauffée à blanc et imbibée dans de l’huile sur une grande partie de son corps dont notamment ses organes génétaux. Des blessures avec de graves conséquences morales et physiques selon des sources hospitalières. Le tout ponctué par un certificat médical d’incapacité de 60 jours, délivré par les services compétents de l’hôpital Al Farabi, où Zineb Chétite a été admise depuis jeudi dernier et où elle est toujours sous contrôle médical.
Le drame se déclencha le jeudi 20 août lorsque des employeurs en colère contre leur petite bonne allaient lui faire subir «des supplices qualifiés de très graves par les médecins qui l’ont soignée et qui n’arrivaient pas à croire ce qu’ils ont vu», rapporte à ALM une infirmière.
Mais avant d’arriver à l’hôpital, la fille a dû d’abord s’échapper de la maison de torture, qui se trouve au quartier Al Wahda. C’est grâce à l’assistance d’un homme et d’une femme du quartier voisin, qui l’ont accompagnée au commissariat central d’Oujda, que Zineb a évité le pire. Après la déposition de circonstance, la fille fut conduite à l’hôpital grâce aux soins des services de police.
C’est pour exprimer leur inconditionnel soutien à cette mineure que les associations de protection de l’enfance «Ne touche pas à mes enfants» et l’Association marocaine des droits humains ont organisé vendredi dernier deux sit-in de solidarité et de dénonciation en plein centre de la ville. L’association «Ne touche pas à mes enfants» a regroupé quelque 200 femmes et enfants devant la Cour d’appel d’Oujda pour dénoncer les violations dont a été victime Zineb et insister sur l’application des textes législatifs en la matière : «Nous sommes à Oujda pour mobiliser l’opinion publique locale et nationale pour dénoncer toutes les formes de violations exercées sur cette petite fille», a déclaré à ALM Najia Adib présidente de l’association «Ne touche pas à mes enfants». Et d’ajouter: «Les mauvais traitements dont a été victime Zineb sont intolérables, et c’est pour cela que nous allons poursuivre ce juge K. Y qui est présumé coupable, en justice pour montrer que le cas de cette fille est un grave problème de société qui mérite une attention particulière de la part des juges qui sont là devant un grave cas de conscience professionnelle».
De son côté, la section locale de l’AMDH, par le biais de son secrétaire Hassan Ammari, a appelé à la création d’une instance indépendante pour juger les crimes et tortures dont sont victimes les mineurs. «Encore une fois, les droits de l’enfant ont été bafoués. Mais cette fois-ci c’est quelqu’un qui est censé défendre les droits de l’enfance qui s’est pris à une mineure qui devait être à l’école au lieu d’être exploitée» a affirmé M. Ammari.
Lors de ces sit-in, Mohammed Chétite , le père de la fille, a expliqué comment le juge qui a maltraité sa fille a essayé dans un premier temps de l’intimider avant de passer à des tentatives de corruption pour camoufler l’affaire. «Pas question de cautionner la souffrance de ma fille et pas question de laisser les personnes qui maltraitent les petits sans jugements» a-t-il martelé.
Le présumé coupable, malgré le certificat médical de 60 jours délivré à Zineb, bénéficie d’un avantage juridique vu la nature de sa fonction et qu’il sera soumis à un interrogatoire devant le procureur général avant de passer auprès des services de la police judicaire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *