Solidaires dans la lutte contre le terrorisme

Les attentats du 16 mai à Casablanca avaient pris pour cible le modèle d’une société ouverte, tolérante et moderniste que le Maroc a choisie, a affirmé lundi en Beelgique, le ministre de l’intérieur, Al Mustapha Sahel, soulignant que les mesures de sécurité prises par le Royaume dans le cadre de la loi et sous le contrôle de l’autorité judiciaire, constituent « la seule réponse valable » face au terrorisme. Ces mesures sécuritaires sont destinées à protéger la démocratie contre ses ennemis, a insisté le ministre lors d’une conférence de presse donnée après une rencontre tenue, dans le courant de la journée, en compagnie de Taïb Fassi Fihri, ministre délégué aux Affaires étrangères et à la Coopération, avec le commissaire européen à la justice et aux Affaires Intérieures, Antonio Vitorino. Les attentats terroristes du 16 mai ne dissuaderont pas le Maroc de persévérer sur la voie de la démocratie et de l’ouverture, a expliqué M. Sahel, précisant que la manifestation de Casablanca qui a suivi ces actes de terreur montre tout l’attachement du peuple marocain à ce choix de société qui est un « choix irréversible ».
Les avancées réalisées par le Maroc en matière de respect des droits de l’Homme et de démocratisation, à travers notamment l’organisation d’élections dont la transparence a été reconnue internationalement, font du Maroc un modèle sur le flanc sud de la méditerranée, a-t-il dit au cours de cette conférence de presse qui s’est déroulée en présence notamment de Aïcha Belarbi, ambassadeur du Maroc auprès des Communautés européennes. Le ministre a également indiqué avoir évoqué avec le commissaire européen les questions liées au terrorisme, soulignant qu’aucun pays ne peut faire face seul à un phénomène aux dimensions et aux connexions planétaires qui exige une coopération internationale.  Dans le même ordre de ce raisonnement, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Mohammed Benaïssa, a indiqué lundi à Lisbonne, qu’il « y a de nombreuses indications qui montrent que certaines des personnes arrêtées » au Maroc à la suite des attentats terroristes de Casablanca entretenaient « d’une manière ou d’une autre, des contacts avec d’autres personnes impliquées dans les actes terroristes d’Al Qaïda ».
Ces liens avec Al Qaïda « seront confirmés durant le procès », a-t-il ajouté en assurant que « tout sera dit devant le tribunal ». D’où l’importance de la coopération régionale et internationale dans la lutte contre le terrorisme qui ne connaît « pas de frontières, ni idéologiques, ni religieuses », a conclu M. Benaissa. 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *