Sommet arabe de Beyrouth

Les interventions de la délégation marocaine à la réunion préparatoire des ministres arabes des Affaires étrangères, tenue samedi à Beyrouth, ont été marquées par un esprit de dialogue et de modération, a déclaré dimanche M. Mohamed Azeroual, directeur des Affaires arabes et islamiques au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération.
M. Azeroual, président de la délégation marocaine à la réunion des hauts fonctionnaires des ministères arabes des Affaires étrangères, a indiqué que plusieurs questions politiques figurant à l’ordre du jour du sommet arabe ont été examinées lors de cette réunion, qui prépare celle des ministres arabes des AE qui aura lieu lundi à Beyrouth. Les débats qui ont pris fin à une heure tardive de la soirée de samedi, ont été notamment axés sur le conflit arabo-israélien et le cas irako-koweïtien. Cette dernière question a été longuement débattue sur la base de deux projets présentés par les délégations des deux pays (Irak et Koweït). Les deux parties n’ont pas pu parvenir à un consensus pour rapprocher leurs positions. Vu la complexité de cette question, il a été décidé de la soumettre à la réunion des ministres arabes des Affaires étrangères, a précisé M. Azeroual. A propos du conflit arabo-israélien, il a indiqué que l’initiative de paix saoudienne sera directement soumise au sommet, expliquant que c’est pour cette raison que les projets de recommandations des haut fonctionnaires des AE arabes ont été basés sur les recommandations du dernier sommet arabe d’Amman et sur celles du Conseil des ministres des AE.
Le responsable marocain a également précisé que le boycott arabe d’Israël a suscité une polémique entre les délégations arabes suite à la proposition de certaines d’entre elles demandant d’insérer un paragraphe dans les recommandations exhortant les pays arabes qui entretiennent des relations avec Israël à les rompre. Faute de consensus, il a été décidé de soumettre cette question à la réunion des ministres des AE. La réunion des hauts fonctionnaires des AE a examiné par ailleurs l’aide à certains pays africains, notamment, la Somalie et les îles Comores ainsi que la création d’un fonds de soutien au profit du sud du Soudan.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *