Sommet Mohammed VI-Bouteflika : Le dégel ?

Sommet Mohammed VI-Bouteflika : Le dégel ?

Annoncée depuis plusieurs jours, tant par la partie marocaine  qu’algérienne, la tant attendue rencontre entre SM  le Roi Mohammed VI et le président algérien Abdelaziz Bouteflika a bel et bien eu lieu. Et plutôt deux fois qu’une. C’est du moins ce que différentes agences de presse internationales et médias algériens se sont accordés à rapporter.
Après un premier entretien qui aurait eu lieu mardi, confirmé et qualifié de très cordial et fructueux d’après une source algérienne citée par l’Agence britannique Reuters, les deux chefs d’Etat se sont également rencontrés une deuxième fois, jeudi 24 mars. Aucune information n’a, à l’heure où nous mettions sous presse, filtré quant à la nature des dossiers traités. Le ministre marocain des Affaires étrangères, Mohamed Benaïssa, dans des propos rapportés par la presse algérienne, aurait même dit, sur une note d’humour que « c’est pour protéger du mauvais œil » ce réchauffement que les deux pays ont convenu d’observer ce silence. On retiendra néanmoins que réchauffement il y a bien eu. Et mieux encore, pour le quotidien algérien Liberté, il est attendu à ce que ce tête-à-tête « débouche  sur la convocation de la réunion de la  commission mixte au niveau ministériel et celle des experts pour examiner les dossiers en suspens et préparer une rencontre au sommet pour parapher les protocoles d’accords ». D’autres rencontres auront lieu entre le chef de l’Etat et le Souverain, avait ajouté Abdelaziz Belkhadem, ministre algérien des Affaires étrangères lors d’une conférence de presse tenue après la  levée des travaux de la première journée du sommet de la Ligue, soulignant que «le  climat est favorable pour la tenue de ces rencontres». C’est désormais chose faite et tout porte à croire que ce n’est pas fini. En témoigne la réunion informelle qui a eu lieu mercredi entre les ministres des Affaires étrangères de l’Union du Maghreb arabe (UMA). Objet : la tenue du prochain sommet de l’Union, d’ores et déjà programmé pour la mi-juin à Tripoli. D’ailleurs, et pour le quotidien algérien La Tribune, un des objectifs de la réunion du jeudi entre le Souverain et Bouteflika est la relance de la construction maghrébine.
Une réunion qui augure de manière claire que le temps des malentendus est bientôt fini. Une « nouvelle page » dans les relations  mouvementées des deux pays est en tout cas en train de s’ouvrir. Les signes de dégel ont  été nombreux. A commencer par la présence même de SM le Roi Mohammed VI, depuis lundi dernier, à Alger, certes dans le cadre du Sommet arabe, mais qui est en soi un événement diplomatique majeur. Ce déplacement est le premier du genre du Souverain depuis son intronisation en juillet 1999. Le discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI lors  de la séance d’ouverture du sommet arabe marquait également la détermination du Maroc d’aller de l’avant.
Dans son intervention, le Souverain a appelé de ses vœux «toutes les  initiatives économiques et les rassemblements régionaux, voire les unions sectorielles  engageant deux pays ou plus», et a rappelé son «attachement à l’Union du Maghreb arabe en tant que choix stratégique incontournable». Mardi dernier, SM le Roi Mohammed VI avait également déclaré que les Marocains et les Algériens sont unis par « des liens solides de fraternité tissés par l’Histoire et le voisinage». «Nos deux peuples ont également en commun les mêmes défis et partagent les mêmes aspirations pour forger un avenir prometteur. Je n’en suis que plus fier d’être aujourd’hui dans ma deuxième patrie, l’Algérie sœur. »
Le souhait du président Bouteflika, lui qui voulait que le sommet arabe d’Alger soit l’occasion de la réconciliation interarabe aura donc été exaucé. En partie. Le Quotidien d’Oran écrit dans ce sens que la seule consolation sur ce chapitre est « le rapprochement qu’ont esquissé entre eux Bouteflika et Mohammed VI ».
Synonyme d’un coup d’accélérateur au processus de construction du Grand Maghreb, la rencontre entre les deux chefs d’Etat ne manquera pas d’être accueillie favorablement par les pays occidentaux, pour qui la stabilité de la région est essentielle. Elle répondra aussi et surtout à la volonté des  peuples, la redynamisation des relations entre le Maroc et l’Algérie étant le seul gage d’un avenir meilleur pour tous.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *