Sondage: 81% des pharmaciens casablancais optent pour les horaires actuels

Sondage: 81% des pharmaciens casablancais  optent pour les horaires actuels

Le syndicat des pharmaciens de la wilaya du Grand Casablanca a organisé récemment un sondage pour recueillir les avis des pharmaciens sur les horaires d’ouverture et de garde. Sur 1.182 pharmaciens à Casablanca, 453 ont participé au vote, ce qui représente un taux de participation de 38,2%.

Les résultats de ce sondage montrent que 81% des pharmaciens optent pour les horaires actuels. Ils ne sont que 6,8% à privilégier les horaires actuels + le samedi après-midi tandis que 11,5% préfèrent travailler du lundi au samedi de 9h à 21h en continu. A noter que l’enquête a été réalisée au niveau de toutes les préfectures du Grand Casablanca. Dans le document du syndicat, on peut lire qu’à Derb Soltane, la très grande majorité des pharmaciens est en faveur des horaires actuels, soit 88,5%.

Il en va de même au niveau des préfectures de Hay Hassani (87,5%) , Sidi Bernoussi (87%), et Ain Chok ( 86,7%).
Au sujet des gardes, le sondage révèle que 51,2% des pharmaciens préfèrent débuter la garde à partir du vendredi au lieu du lundi.

Rappelons que ce sondage intervient suite à un communiqué du syndicat des pharmaciens de la wilaya du Grand Casablanca publié le 19 juin, qui avait dénoncé une anarchie créée par le non-respect des horaires par certaines pharmacies, au mépris du système de garde, de la loi et de l’arrêté du wali de Casablanca fixant ces mêmes horaires. Le non-respect par les pharmaciens d’officine des horaires est passible de sanctions disciplinaires qui sont du ressort du conseil de l’Ordre des pharmaciens et non de sanctions administratives qui relèvent de l’autorité locale. Les modalités selon lesquelles doit être assuré le service de garde sont également passibles de sanctions disciplinaires qui sont du ressort du conseil. Cette décision est d’ailleurs clairement définie dans l’article 111 de la loi 17-14 portant code du médicament.

Celui-ci stipule que «le pharmacien d’officine est tenu, sous peine de sanctions disciplinaires, de respecter les horaires d’ouverture et de fermeture des officines de pharmacie au public ainsi que les modalités selon lesquelles doit être assuré le service de garde.

Les horaires d’ouverture et de fermeture ainsi que les modalités selon lesquelles doit être assuré le service de garde sont fixés par le gouverneur de la préfecture ou de le province concernée sur proposition du conseil régional de l’Ordre des pharmaciens».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *