Soumia Benkhaldoun : « Je comblerais un vide dans la vie de couple de Choubani»

Soumia Benkhaldoun : « Je comblerais un vide dans la vie de couple de Choubani»

«Nous sommes liés par une grande amitié, on s’aime bien». C’est ainsi que Lahbibi Choubani, ministre chargé des Relations avec le parlement et la société civile a abordé la question du mariage avec Soumia Benkhaldoun, ministre déléguée auprès du ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la formation professionnelle.

Et ce, quelque jours après avoir su la nouvelle de son divorce, rapporte  le quotidien Al Akhbar, mercredi 6 mai 2015, dans un entretien avec la principale concernée.

«Ceux qui m’accusent et me critiquent par rapport à mon mariage avec Choubani sont des hypocrites», a déclaré  Soumia Benkhaldoun dans un entretien dans lequel elle s’est confiée sur sa relation avec le ministre PJD Habib Choubani.

Selon la ministre, le scandale qu’a suscité cette relation n’a pas lieu d’être pour plusieurs autres raisons, d’abord parce qu’il s’agit d’une question purement personnelle et intime.

Mais aussi parce que le projet de son mariage respecte son «référentiel religieux  coranique » : «l’amour n’est pas Haram», dit-elle.

D’après Mme Benkhaldoun, «la première épouse de Choubani, qui est aussi mon amie intime, est consentante. C’est d’ailleurs elle-même qui a abordé le sujet avec moi ».

Pour Mme Benkhaldoun, le fait qu’elle soit une deuxième épouse n’est pas une tare, mais ce sera un plus. «Je comblerais un vide dans la vie de couple de Choubani», a-t-elle dit, selon Al Akhbar . 
La ministre âgée de 52 et mère de quatre enfants estime aussi que la polémique n’a pas lieu d’être «parce qu’il a été décidé, bien avant que l’affaire n’éclate au grand jour dans les médias, que le projet de mariage n’aurait lieu qu’après la fin du mandat des deux ministres». Et encore rien n’est sûr, ajoute-elle.

Par ailleurs, dans cet entretien, Mme Benkhaldoun revient sur son divorce et réaffirme que Habib n’en est absolument pas la cause. «Cela fait deux années que nous avons décidé, mon ex et moi, de nous séparer. Le divorce a été acté il y a plus d’une année, soit avant ma désignation en tant que ministre", a-t-elle assuré.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *