Sur la voie de la modernité

Depuis plusieurs mois, les responsables gouvernementaux se penchaient sur la restructuration organique de la Justice. Un chantier d’une importance capitale pour l’implication du Maroc dans le processus de la modernité et de la démocratie.
De surcroît, la Justice fait partie des espaces de gestion de l’Etat désignés du doigt par le fameux rapport de la Banque mondiale (en plus de l’enseignement et de l’administration publique) auquel s’est référé feu S.M. le Roi Hassan II pour éviter au pays l’arrêt cardiaque.
«Mais est-ce que les efforts déployés à cet égard ont permis d’atteindre les objectifs escomptés? La réponse est assurément non », annonce S.M. Mohammed VI dans son discours d’Agadir, avant d’ajouter que « tout en nous félicitant des réalisations accomplies jusque-là, nous considérons que l’action de réforme de la justice est un programme ambitieux, laborieux et de longue haleine, dont nous tenons résolument à accélérer la cadence, pour assurer la modernisation, la moralisation et la mise à niveau de l’appareil judiciaire ».
Aussi, dans l’optique de l’édification du « Maroc de la démocratie et du développement », dans lequel le Souverain est engagé, il était plus qu’impératif pour l’avenir de notre pays et de son système judiciaire d’amorcer une kyrielle de mesures qui garantissent la mise à niveau de la Justice. « Etant tributaire de la bonne formation des magistrats et de l’amélioration de la situation matérielle des juges débutants et des auxiliaires de justice, S.M. le Roi a invité le « gouvernement à étudier les moyens de réviser leurs conditions matérielles et à élaborer, à l’intention des greffiers, un statut qui soit motivant afin de les prémunir contre les tentations et les dérives qui portent atteinte à l’honneur de la justice et à l’intégrité de sa mission ».
Une position qui répond de manière claire et nette aux aspirations de toutes les personnes concernées par le dossier de la Justice et des droits de l’Homme. Dans une déclaration, Ismaïl Abdelmoumni, membre fondateur de l’OMDH (Organisation marocaine des droits de l’Homme), estime que les chantiers de la réforme, dans le domaine de la Justice s’imposent avec force, notamment en raison des problèmes dans lesquels se débat ce « secteur ».
Aussi, afin d’éviter à ce secteur tout conflit dont le pays n’a pas besoin et pour mettre un terme à un débat sur la légalité de certaines démarches syndicales, le Souverain a appelé à la mise en place d’une Amicale des fonctionnaires de la justice qui veillera à la promotion de leur situation sociale et professionnelle, dans le cadre d’une action associative adaptée à la spécificité de la justice.
« Celle-ci n’étant pas un service administratif, mais plutôt une institution constitutionnelle qui doit rester à l’abri de toute influence ou pression quelle qu’en soit la forme ou l’origine », précise S.M. le Roi.
Outre un syndicat des greffiers, deux autres structures organisationnelles existent ; l’une spécifique aux magistrats, l’autre aux commissaires judiciaires. L’amicale, à laquelle a appelé le souverain, pourra constituer un cadre fédérateur réunissant l’ensemble des catégories socio- professionnelles de la Justice.
La création de la Fondation Mohammédienne des oeuvres sociales des magistrats et des fonctionnaires de la justice, s’inscrit dans cette même optique. Surtout, au vu des moyens importants dont dispose le département des oeuvres sociales (environ 2,5 milliards de centimes par an, rien qu’au niveau de la CDG). Bien entendu, pour assurer une formation moderne et solide aux magistrats du Royaume ainsi qu’à tous ceux qui exercent des professions liées à la justice, S.M. a mis l’accent sur la nécessité pour les magistrats de « se prévaloir rapidement des possibilités d’ouverture et de partenariat qu’offre la réforme du système de l’enseignement et de la formation universitaire et judiciaire ». Une réforme qui sera opérationnelle dès la prochaine rentrée scolaire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *