Surdosage du paracétamol : Un poison pour le foie

Surdosage du paracétamol : Un poison pour le foie

Un avertissement sur les boîtes en France

Le surdosage du paracétamol fait à nouveau parler de lui. En France, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé alerte sur le risque de surdosage en raison des risques importants sur le foie. L’agence a ainsi demandé aux industriels d’apposer un message de prévention sur les médicaments uniquement à base de paracétamol. La mention sera écrite en lettres majuscules rouges et est surmontée d’un triangle d’alerte : «Surdosage = danger. Dépasser la dose peut détruire le foie». L’agence du médicament a annoncé que d’ici 2020, 200 médicaments à base de paracétamol devront comporter cette mention légale.

Qu’en est-il au Maroc ? A ce sujet, le Pr Jamal Taoufik, directeur du médicament et de la pharmacie, indique : «Il faut d’abord signaler que ce n’est pas une alerte mais un simple rappel sur les risques du surdosage du paracétamol sur le foie. Nous  savons tous que le paracétamol à partir d’une certaine dose est toxique pour le foie. Pour un adulte, le produit devient toxique généralement au-delà de 5 grammes». En parlant de surdosage, il faut bien comprendre qu’il s’agit d’une dose trop importante par prise ou par jour, et que le délai  minimum entre les prises  n’a pas été respecté. Le Pr Jamal Taoufik estime :  «La France est souveraine dans ses choix.

Nous ne sommes pas obligés de faire la même chose qu’en France. Nous avons d’ailleurs une cellule de vigilance qui suit de très près ce qui se passe à l’échelle mondiale. Toutefois, je vais certainement réunir une commission pour décider s’il faudra ou non renforcer les mesures de précautions par rapport au paracétamol ». Le directeur du médicament fait aussi remarquer que plusieurs boîtes de médicaments à base de paracétamol commercialisées sur le marché contiennent déjà un petit triangle rouge appelant le citoyen à la vigilance.

Selon le Pr Jamal Taoufik, le véritable problème a trait à la banalisation du paracétamol. «Dès que l’on a mal à la tête ou en cas de grippe on prend du doliprane associé à d’autres médicaments qui contiennent du paracétamol. Et par conséquent, on parvient très vite à un surdosage.  L’intoxication au-delà d’une dizaine de grammes devient mortelle». Le paracétamol est très largement consommé, parfaitement toléré dans la plupart des cas, avec très peu d’effets secondaires.

Toutefois, il peut être extrêmement grave. Une fois que l’on dépasse la dose prescrite, il y a un risque de développer une hépatite qui se traduit par la destruction des cellules hépatiques. Dans le cas d’un surdosage, les mécanismes d’inactivation deviennent insuffisants pour traiter la totalité du métabolite toxique qui s’accumule dans le foie. Tout le monde se souvient encore de la  mort subite du joueur international du Raja de Casablanca Zakaria Zerouali le 3 octobre  2011 suite à une intoxication médicamenteuse. Zerouali aurait consommé trois boîtes de paracétamol en l’espace de 24 heures. Un surdosage qui aurait eu un impact direct sur son état de santé en détruisant complètement le foie et causant une cytolyse.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *